Ce que les nouveaux rythmes scolaires ont changé chez nous

MINOLTA DIGITAL CAMERA

Les nouveaux rythmes scolaires, le grand débat de cette rentrée 2014. Je ne saurais dire si je suis pour ou contre. Je fais partie de la génération qui avait école le samedi matin. Je ne me souviens pas avoir été traumatisée par le rythme qui nous était imposé. Certes, nous avions une coupure le mercredi, ce qui nous permettait de récupérer.

Je ne peux que constater certaines choses :

  • Difficile de consacrer cette demi-journée d’école supplémentaire au samedi matin.
    La plupart d’entre nous savoure ses week-ends de deux jours et n’est pas prête à les sacrifier. Aussi, de plus en plus d’enfants ont des parents divorcés et il est légitime que le parent qui ne voit son enfant que un week-end sur deux ne souhaite pas réduire le temps passé avec lui.
  • Les enfants sont effectivement plus fatigués. Je faisais partie de ceux qui pensaient que ce ne serait pas le cas puisque, école ou non, ils se lèvent à la même heure. MAIS, il y a une belle différence. Quand ils restaient à la maison ou qu’ils allaient au centre de loisirs, la matinée était consacrée à l’amusement. Désormais, ils doivent rester concentrés, ce qui les fatigue bien plus.
  • Les temps d’activité périscolaires (TAP) ne sont bien souvent pas à la hauteur de ce qui nous a été promis. Que leur apporte un après midi entier à jouer dans la cour de l’école comme s’ils étaient en récréation ? Ce n’est pas, à mon sens, une façon de découvrir de nouvelles activités …
  • Ce système n’est pas adapté au fonctionnement de la plupart des entreprises dans lesquelles nous travaillons.
    Les horaires d’entrée et de sortie d’école ne sont absolument pas en adéquation avec le rythme de travail de la plupart des parents. Comment garder le contact avec l’environnement scolaire de nos enfants lorsqu’ils entrent en classe à 9h, sortent à 16h, 16h30 ou pire, 15h30 alors que la plupart des parents doivent être au travail de 9h (voire même 8h ou 8h30) à 18h ?

Comment nous sommes nous adaptés ?

Nos enfants sont plus fatigués. Les soirées étaient devenues infernales. Au lieu de profiter du temps passé ensemble, eux enchaînaient les colères et nous, nous énervions, criions. Puisque je suis disponible pour le moment, nous avons pris une décision radicale. Coucher plus tôt les garçons. 18h15, douche. 18h45, repas. 19h30 au plus tard, on monte au lit, on lit l’histoire du soir. 20h tout au plus, ils sont endormis. Les jours de grosse fatigue, nous nous organisons pour qu’à 19h30, ils dorment. Ceci est possible parce que je suis à la maison et que je peux préparer le repas avant d’aller les chercher à l’école et à la crèche. Nous avons la chance de pouvoir nous adapter ainsi pour le bien de nos enfants. Malheureusement, ce n’est pas le cas de la plupart des parents. Ils ne peuvent pas pallier à la fatigue plus importante de leurs enfants ...

Bientôt, je devrais reprendre une activité professionnelle. Si je rentre dans un schéma classique, je devrais être au bureau de 8h30 à 18h et les enfants à l’école de 9h à 16h30. Cherchez l’erreur … Ils devront donc aller au périscolaire dès 8h et ce, jusque 18h30. Ensuite, il faudra préparer le repas, prendre la douche et manger avant de les coucher. Idem le mercredi avec le centre de loisirs. Et grand bonhomme n’a pas encore de devoirs … A vue d’œil, nous ne pourrions pas les coucher avant 21h alors qu’ils tombent de sommeil dès 19h30 … Puis, je n’aurais absolument aucun contact avec leur environnement scolaire. Rien que de l’écrire, les doigts m’en brûlent. Me relire me fait mal aux yeux …

J’ai pris une grande décision.

Je suis en pleine reconversion professionnelle alors je vais m’organiser pour trouver un mode de travail qui me permette de concilier ma vie professionnelle, ma vie personnelle et surtout les besoins de mes enfants. Je ne peux concevoir de ne jamais les emmener ou aller les chercher à l’école, de les laisser au périscolaire TOUS les jours matin et soir, d’avoir été à l’écoute de leurs besoins pendant plus de quatre ans et ne plus du tout en tenir compte d’un jour à l’autre. Ce serait juste inhumain pour eux comme pour moi.

Ce choix n’a pas été facile. Il est certain qu’il va me fermer certaines portes professionnellement parlant. Mon salaire sera bien moindre mais entre la santé de mes enfants et l’argent, le choix est évident. Et puis, travailler pour utiliser la plupart de son salaire en frais de cantine, garde et TAP (oui, les TAP devraient devenir payant chez nous. Seule l’école est gratuite, pas les activités extrascolaires), quel est l’intérêt ?

J’ai l’opportunité de nous construire un nouvelle équilibre, nous avons de la chance … Beaucoup ne peuvent pas se le permettre !

Je n’ai aucune idée de ce que vont donner tous ces changements à terme. En attendant, je ne peux laisser mes enfants dans une telle situation alors, nous agissons en conséquences …

Je n’ose imaginer l’état psychologique et physique de ces parents qui, déjà fatigués, épuisés, usés, ne peuvent pas aider leurs enfants extrêmement fatigués (soyons honnêtes, des enfants épuisés sont généralement infernaux) tout en ne pouvant rien faire d’autre que subir ce rythme infernal qui est imposé par notre société d’aujourd’hui. Ma psy m’a soufflé l’idée de me mettre en disponibilité pendant quelques années pour éviter ce phénomène. Seulement, impossible de vivre avec un unique salaire, sans aucune aide. Un second salaire complet n’est pas indispensable mais un minimum est tout de même nécessaire pour vivre convenablement mais là, nous entrons dans un autre débat …

Et pour vous, qu’à changé la mise en place de la semaine de quatre jours et demi ?

23 réflexions au sujet de « Ce que les nouveaux rythmes scolaires ont changé chez nous »

  1. moumoune

    complétement d’accord avec vous
    je travaille jusqu’à 17h le temps de récupérer tout le monde il est 18h quand on arrive à la maison et là il faudrait direct les doucher pour pouvoir les coucher à 20h. C juste pas possible; je n’ai que 2 bras et mon mari ne rentre pas avant 19h…
    nous subissons la réforme et notre rythme de vie est infernal et nous avons pas encore d’enfants en primaire
    en ce qui concerne les TAP chez nous il n’y a rien et on paye 5 € le soir au lieu de 3 € l’année dernière. Chercher l’erreur !!!

    Répondre
  2. amélie

    Pour nous ça se passe bien! les enfants ont école le mercredi matin et les TAP c’est tout les jours de 15h45 à 16h30 (payant 30€ par enfant à l’année)…je suis à la maison donc je les récupère tous les jours à 16h30 et le mercredi à 11h30…quand je travaillais ils étaient tout le temps en garderie du soir en semaine et le mercredi toute la journée…à aujourd’hui ils me demandent quand ils pourront s’amuser aux mercredis récréatifs parce que leurs copains y vont…
    Au niveau fatigue, ils sont toujours agités…donc je ne vois pas de différences avec l’an passé.
    Mais eux apprécient bien, c’est le principal!
    Bon courage pour vous alors parce que je dois être une des rares à qui ça arrive 🙂
    Bonne journée

    Répondre
  3. lescoute

    Pour nous ecole le mercredi et tap le mardi cuisine et le vendredi anglais et gratuit
    Moi je vois la fatigue arrivé à partir de jeudi matin après il s’adapte bien et on le laisse dormir le week-end

    Répondre
  4. Mère Geek

    Merci pour ce billet. Sur la partie routine du soir, plus que les fameux Rythmes Scolaires Nouveaux 2014.

     » A vue d’œil, nous ne pourrions pas les coucher avant 21h alors qu’ils tombent de sommeil dès 19h30 … »
    => Voilà ce que je m’épuise régulièrement à faire comprendre sur Twitter.

    Répondre
  5. sandrine

    Je travaille de chez moi donc j’ai la chance de pouvoir récupérer mon fils à 11H30 tous les jours. C’est un choix que nous avons fait pour lui et pour mon bébé plus tard. C sûr que financièrement c pas pareil que si je travaillais à l’extérieur mais comme tu le dis si bien, entre le bien être de mes enfants et l’argent, le choix est vite fait. Heureusement pour lui, il reste à la maison tous les après midis, il est épuisé il fait 3H de sieste tous les jours. Ici le TAP est le jeudi après midi, et coûte 3€ (sachant que pour les PS c sieste obligatoire ! donc j’aime autant qu’il la fasse à la maison !!). Même en travaillant à la maison, avec un bébé, un mari qui rentre à 20H voire 20H30, il m’est impossible de le coucher avant 21H. Son papa lui lit des histoires tous les soirs et on ne veut pas que ça change. Quand il le faut je commence à le faire manger avant… C nouveaux horaires ne servent à rien, juste à fatiguer nos enfants.

    Répondre
  6. alice

    Mon enfant vient de rentrer en maternelle et nous découvrons donc ce nouveau rythme scolaire. A la recherche d’un emploi, je ne le laissais que 2 jours complets à l’école et 3 matinées. Ayant trouvé un travail, je me retrouve à jongler avec les horaires complètement incompatibles et en dehors des réalités du monde du travail. Pour exemple, je suis carrément obligé de laisser mon fils à mes beaux-parents une nuit par semaine, car nous sommes dans l’incapacité d’être à l’heure à la sortie le soir et dispo le matin pour l’amener à l’école. On a des boulots avec des horaires qui changent chaque jour, mais surtout, comment peut-on chercher son enfant à la fin de la garderie à 18h quand on finit soi même à 18h passées à plusieurs kms de l’école? Je ne parle même pas du coût que cela engendre étant tous deux payés au smic. Et c’est vrai qu’on récupère en plus un enfant à bout de nerf, complètement énervé, les soirées deviennent de vraies épreuves couplées au stress de réussir à le coucher tôt afin que le réveil à 6h30 ne soit pas trop dur…
    Bref, ça me fait mal de faire subir cela à un enfant de 3 ans, on ne prend plus le temps de vivre, alors qu’on est loin d’avoir un agenda de ministre…

    Répondre
    1. seve

      Bonjour entièrement d accord.
      On a l impression d avoir un agenda de ministre alors que ce n est pas voulu! Mais lorsque l on prend par exemple comme moi le rer A, que l on passe 3 heures tout compris par jour dans les transports, c est impossible de gérer la fatigue des enfants et de les coucher tot. Se rapprocher du bureau ? Impossible avec les prix des loyers en region parisienne et la crise ! Il en faut du courage je vous le dis ! 🙂

      Répondre
  7. Magali

    Bonjour,

    Les nouveaux rythmes n’ont pas changé fondamentalement la vie de la famille…. Je vis en province et travaille à mi-temps à 10km de mon domicile. J’ai pu imposer à mon employeur un rythme de travail qui me permet d’être à la maison à midi (pas de cantine) et à l’école à 16h15 quand les enfants en sortent. Mon mari gère la dépose du matin, et une journée complète par semaine. C’est un choix, moins de sous mais plus de souplesse pour les enfants. Ici c’est au lit à 20h, ça a toujours été la règle, elle n’a pas changé.

    Bon courage à toutes les mamans

    Répondre
  8. Marion

    @sandrine : c’est sûr que si Papa ne veut pas sacrifier ce rituel pour permettre à l’enfant de se coucher plus tôt …

    C’est une question d’organisation, après c’est sûr que si on ne veut pas en changer, ça pose problème…
    Je suis mère célibataire et je travaille à 65 km de chez moi. La grand mère de mon fils le dépose le matin à l’école, je le récupère vers 18h30-18h45 au périscolaire, on enchaine et à 20h30 il est au lit. Alors oui, je pars bosser à 6h, oui je paye le périscolaire (les 4 heures en plus les lundi, mardi, jeudi et vendredi, étant compensées par la demi-journée en moins le mercredi). Chez moi pas d’activités à l’école, fin des cours à 15h35 chaque jour, mais mon fils n’a montré aucune signe de fatigue la semaine dernière, à l’approche des vacances.

    Il y a quand même un moment où il faut arrêter de croire que la société s’adapte à nous, que les horaires de l’école s’adaptent à nous, que c’est un dû. C’est juste l’inverse.

    Alors le soir c’est speed (pas plus que l’an dernier), et puis de toute façon un enfant de maternelle n’a rien à faire encore debout passé 20h30 !

    Répondre
    1. mamlucile

      Nous ne sommes pas obligés de nous adapter à la société si elle nous impose ce que nous ne concevons pas. C’est peut être aussi à nous de faire des choix de vie au lieu de subir

      Répondre
  9. Ln.

    Vous voulez rire ??? Ici, nous sommes en RPI, donc 3 écoles dans 3 villages différents. le 21 juin 2014 (soit une semaine avant les grandes vacances à peu près), au dernier conseil d’école, un des maires avait zappé de venir, et aucune des communes ne savaient ce qui allait être proposé aux enfants durant ces fameux TAP, ni qui allait les encadrer…
    Pour ce qui est des horaires, c’est la compagnie de cars scolaires qui les a imposés, hors de question de changer leur organisation (ils ont aussi les collèges et les lycées), donc, ils n’ont pas voulu changer leurs horaires de passage du car. Du coup, les enfants de maternelle se retrouvent avec une demie heure de TAP les lundis, mardis, jeudis et vendredis soir (fin de l’enseignement à 16h04), les CM2 avec 20 minutes et les autres avec un quart d’heure ! Et le mercredi matin, ils ont école de 8h22 à 10h22 (et le car ne passe qu’à 10h37)… C’est super pratique comme horaire 10h22 sans cantine ni périscolaire ni TAP après l’école … Les TAP consistent à faire jouer les enfants dans la cour…. (en hiver, je pense que ce sera du coloriage…).
    Vous ne pouvez pas savoir à quel point j’étais heureuse d’avoir trouvé une assistante maternelle pour éviter que ma fille en maternelle passe toutes ses journées en tout collectif avec des activités de gardiennage car pour moi, ces activités ne sont pas pédagogiques et ne leur apportent rien. Du coup, elle voit un peu plus son petit frère qui, pas encore scolarisé (mais ça ne saurait tarder), va chez la même nourrice. Bien sûr, les activités proposées par l’assistante maternelle ne sont pas non plus d’une grande originalité mais au moins ils peuvent se poser, jouer avec peu d’enfants et avoir une adulte plus à leur écoute.

    Répondre
  10. bybero

    Bonjour,
    J’apporte aussi mon témoignage, les nouveaux rythmes ont été appliqué cette année dans notre ville. Ils ont cours le mercredi matin centre de loisir payant l’après midi et périscolaire le jeudi gratuitement, l’école finissant à 16h30 pour les autres jours. Mon fils en moyenne section n’a été fatigué qu’à partir de la semaine dernière, une fatigue normale précédant les vacances. Ce n’est pas un grand dormeur et est au lit le soir entre 20h30 pour s’ endormir vers 21h, réveil entre 7h30 et 8h. J’ai suivi de près cette réforme et ces conséquences et j’en arrive à la conclusion que de notre côté, il n’y a pas de grands changements, seulement une après midi, celle du vendredi où il fait du vélo au lieu d’être à l’école (le vélo est son activité du moment, c’est bien fait, il y a un parcours, les enfants sont contents même si les vélos sont moins bien que celui de la maison). Je ne m’estime pas forcement chanceuse mais il est aussi important d’apporter un témoignage disant que chez nous ici, il n’y a pas de problèmes avec les nouveaux les rythmes scolaires. La fatigue d’être parent sans famille autour de soit, de travailler à temps plein, la fatigue pour les enfants d’aller tout les jours à l’ecole ça c’est une autre histoire.

    Répondre
  11. Eleanore

    Eh bien nous, c’est la catastrophe !
    La ville a eu la très bonne idée (je rigole) de décaler l’heure de début des cours à 8h45. Du coup, là où l’année dernière mon mari arrivait, en courant, à les déposer à 8h30, pour arriver au travail à 9h, maintenant ce n’est plus possible. Et elles vont donc au périscolaire le matin (et donc, arrivent à l’école plus tôt puisqu’il n’est pas possible d’arriver au périscolaire après 8h10).
    Le soir, les cours finissent à 16h. Les enfants jouent alors dans la cour jusqu’à 17h45 (ou font des coloriages s’il pleut). L’année dernière, il y avait étude de 16h45 à 17h45… maintenant, plus rien.
    J’ai pris un 4/5 pour m’occuper de mes enfants le mercredi. J’en avais la possibilité, et je trouvais ça important de rester avec eux ce jour-là, puisqu’ils sont en périscolaire le reste du temps (c’est comme ça que ma mère a fait pour mon frère et moi, et je trouvais ça très bien). Maintenant, j’emmène mes filles à l’école le mercredi matin (au moins, là, elles n’ont pas de périscolaire). Le seul avantage que je vois, c’est que je peux voir la maitresse. Mais tant qu’à faire, j’aurais, et de loin, préféré la voir le samedi matin… !
    Car ma fille ainée ne fait plus d’activité. C’était le mercredi matin, ça a été déplacé au mercredi après midi. Sauf qu’à cette heure là, sa soeur fait la sieste, et nous sommes donc bloquées à la maison… Donc, hop, finie l’activité du mercredi !
    Les filles sont épuisées dès le milieu de la semaine. Et pourtant, nous les couchons à 20h (et il faut courir pour faire les devoirs, donner le bain, préparer à manger, faire manger et coucher tout ce petit monde) quand on rentre à 18h (et encore, j’ai de la chance de pouvoir rentrer à cette heure-là… j’ai simplement fait une croix sur mon avenir professionnel en quittant mon travail tous les soirs à 17h, même si j’arrive avant mes collègues le matin. Mais ça, par contre, soyons honnêtes, ce n’est pas la faute de la réforme, mais de la mairie, qui a toujours refusé de faire du périscolaire après 17h45…)

    Il fallait une réforme, certes. Darcos en 2008 a supprimé des heures de cours sans raccourcir les vacances (comme le faisaient les communes qui étaient déjà à la semaine de 4 jours). Il fallait donc, soit réintégrer une demi journée, soit raccourcir les vacances. Mais cette demi journée, pour le bien des enfants, il fallait déjà la placer le samedi, pas le mercredi. Et cette idée de raccourcir les journées est totalement absurde… Les enfants restent de toute manière à l’école, pour la grande majorité !

    Mais bon, ne nous leurrons pas : cette réforme a été faite dans l’unique but de renvoyer les femmes là d’où elles n’auraient jamais dû sortir : au foyer, à s’occuper des enfants.

    Répondre
  12. Laurence

    Et le parent qui se rend disponible pour suivre la scolarité et le bien-être des enfants est bien souvent la mère… D’un côté, le gouvernement limite le droit au congé parental pour la mère au nom de l’égalité homme-femme, et d’un autre, ces rythmes scolaires sont un vrai frein aux carrières professionnelles des femmes…

    Répondre
  13. coco

    En tant qu’atsem, je suis dégoutée de voir la régression des enfants de maternelles, les petits n’en peuvent plus….. plus de pleurs, plus d’épuisement, et des parents qui râlent mais qui mettent quand même leur enfant tous les mercredis à l’école, cette réforme n’est pas bonne pour les petits entre les transports la garderie, les APC , les TAP, la cantine, ces pauvres petits sont loin des 35 h de leur parents…. c’est sur les parents économisent une matinée de nourrice, mais voient-ils dans quel état de fatigue sont leurs petits???
    Comment peut-on demander un tel rythme à des enfants de 3 à 5 ans, la sur excitation, le manque d’attention, les chutes plus nombreuses dans les cours de récréation…… et personne ne fait rien au bout du compte cette réforme n’apporte rien de bon aux enfants et apparemment seules les ATSEM en font le bilan !!!!!

    Répondre
    1. MamLucile Auteur de l’article

      C’est pour cette raison que j’ai décidé de me mettre à mon compte et de travailler depuis chez moi pour répondre aux besoins de mes enfants. Maintenant, tout le monde ne peut pas se le permettre et tout le monde ne s’épanouirait pas dans un tel schéma. Le tout est de trouver le bon équilibre pour SA famille, que chacun se sente bien dans ses baskets. J’ai la chance d’être à la maison. L’autre jour, mon fils était très fatigué. Comme il était aussi un peu malade, il est resté avec moi à la maison. le lendemain, il était en pleine forme …

      Répondre
    2. lilou

      je suis ATSEM aussi, je pense comme vous. Nous sommes avec ces enfants neuf heures chaque jour et les voyons de plus en plus agités mais nous sommes dans une impasse car notre avis n interesse personne puisque pour la plupart d entre elles nous ne sommes que les dames pipi ou bobo et c est simplement la faute au manque d information sur notre travail qui est bien loin de cette image!

      Répondre
  14. maltareyn

    Je suis maman d’un garçon en GS et enseignante . Mon fils est épuisé, je le couchais vers 19h45, pour le lever à 7h30. Maintenant, je le fais manger à 18h15 pour le coucher à 18h45! Et il fait de nouveau la sieste le mercredi et le week-end, des siestes de 2-3 h ! En classe mes élèves sont tous dans le même état. Ils pleurent beaucoup, n’arrivent plus à se concentrer et se battent pour des broutilles. En 10ans de carrière je n’ai jamais vu autant d’absentéisme pour maladie, aussi bien des enfants que des adultes travaillant à l’école. Et non, ce n’est pas dû au temps. Les enfants sont les premiers vecteurs des épidémies de gastro et de grippe… Je ne comprends pas comment ajouter 3h d’école par semaine aux enfants peut être pour leur bien car effectivement, les parents qui finissaient le travail à 18h ne finissent pas maintenant à 15h ! Je suis juste scandalisée! Et moi en tant qu’enseignante, je travaillais toute la journée le mercredi pour préparer mon travail, je ne le peux plus, mon travail en classe en pâtit et ma vie de famille aussi car je sois rattraper ce temps de travail sur le week-end….

    Répondre
  15. mamilie

    Cette réforme est pourrie mais tout le monde l’accepte, vos enfants sont pris en otage par une ministre qui veut juste laissée un nom sur une réforme inégalitaire d’une commune à l’autre…; mais que font les parents rien….. ils laissent faire….. bravo …. vos enfants ont plus de mal pour les apprentissages le niveau baisse la concentration n’est plus là….les enfants en difficultés le sont encore plus….. les évaluations montrent que les acquis sont moins bons….; parents continuez à laisser l’éducation nationale à préparer vos enfants à devenir des moutons…..

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.