Fragile

Fragile depuis 7 ans …

Fragile

Une lectrice a réagit au récit de mon vécu de l’épuisement maternel et a accepté que je partage son commentaire avec vous.

Ce témoignage m’a beaucoup émue. A plusieurs niveaux…

« Les allergies, c’est ce que j’ai vécu bébé »

J’ai tout de suite pensé à une intolérance au lactose car c’est ce que j’ai vécu bébé. Est remonté en moi toute ma détresse de bébé qui pleurait sans cesse et personne qui ne comprenait. J’étais en revanche nourrie au biberon. Les médecins n’avaient pas trouvé mieux que de dire à ma mère que j’étais folle. J’ai eu beaucoup de problèmes d’allergies et de santé parce que ce problème n’a jamais été pris en compte par ma famille. Il m’a fallu attendre la trentaine (j’en ai 43) pour enfin avoir confirmation après analyses de ce que je ressentais depuis si longtemps. Apprendre à cuisiner sans lactose, a été le plus dur à faire accepter autour moi. La famille n’étant pas toujours la plus encline pour cela.

Comprendre ce qu’à vécu et ressenti ma propre mère

Votre témoignage m’aide car c’est la première fois que je peux comprendre ce qu’a pu vivre et ressentir ma mère. Cela m’aide à moins lui en vouloir. En état d’épuisement et de stress permanent difficile de trouver la ressource pour chercher une solution. Surtout dans une petite ville dans les années 70 où les médecins se débarrassent si facilement du problème au lieu d’avouer leur incompétence. Pourtant je connais un bébé, la grand père de mon mari qui dans les années 20/30 a été compris et qui a été nourri au lait végétal.

« J’ai connu l’épuisement à la naissance de mon aîné »

Je me reconnais aussi dans ce que j’ai vécu les 14 premiers mois avec mon aîné. Des plages de sommeil de 2h maximum, 3h les jours fastes. J’en oubliais d’éteindre le gaz des demi-journées entières. J’ai pris sur moi pendant un an, personne n’avait de réponse pour que je puisse me reposer et dormir. Le médecin ne pouvait que constater. Puis, cela étant devenu une question de vie ou de mort, je me suis documentée sur le sommeil des bébés, et mon mari a été mis à contribution pour aussi être en charge certaines nuits. J’ai eu un second bébé, les nuits étaient un peu mieux mais tout cela m’a énormément fragilisé, même encore 7 ans après.

« 7 ans après, je suis encore fragile »

Je suis en phase d’épuisement, aucun soutien familial depuis le début de mon côté et pas grand chose du côté de mon mari. Ma belle-mère a osé me dire que si je mourrai ce n’était pas grave. J’ai rompu, puis accepté la reprise de contact car trop épuisée, j’avais besoin de laisser un peu les enfants en garde pendant les vacances, pour dormir et souffler. Mes enfants sont assez actifs et agités quand d’autres sont souvent plus calme et cela me mine un peu plus tous les jours. Ce manque de concentration, ces incessantes interruptions etc. Là, j’ai rompu définitivement avec ma belle-mère car cela me coûte trop de prendre sur moi face à son irrespect et son hostilité envers moi mais du coup plus, de soutien, rien.

Depuis 7 ans j’appréhende les nuits, surtout le matin quand ils sont là. Je suis stressée et en hypervigilance. Je voulais reprendre un travail à temps partiel car je suis à la maison depuis tout ce temps et fait l’erreur de me mettre en freelance. Encore plus de stress, travail le soir quand c’est calme donc pas vraiment du repos, et très peu de rentrées d’argent malgré toute l’énergie engagée.

« Aujourd’hui, je ne sais  plus si je suis capable physiquement de reprendre un travail »

Les vacances n’en sont pas pour moi, et le centre aéré, c’est bien, mais ne résout pas le sommeil et tout le reste. Je voulais reprendre un travail à temps partiel pour commencer, mais après 7 ans et la fatigue, le stress je ne sais plus du tout si j’en suis capable (je me sens si fragile après tout ça) ni vers quoi me tourner. Je me sens perdue, hébétée car c’est comme si je n’arrivais plus à retomber sur mes pattes après ce chamboulement, ce bouleversement de rythme. Je n’arrive plus à m’organiser, à tenir mes décisions, etc. Pas grand chose dans ce qu’est ma vie ne semble me convenir, j’ai l’impression de devoir sans cesse subir.

Ma petite fille qui va avoir 5 ans est assez souvent malade. Du coup, je suis très découragée car je n’arrive déjà plus à gérer les réveils la nuit et la fatigue et je ne vois pas comment reprendre un boulot et le garder si une semaine par mois je dois la garder à la maison. Mon mari lui aussi fatigue et tient quand même un peu mieux grâce à son boulot.

Je dois dire que si j’avais su que je n’aurais pas de soutien quand j’en ai besoin, je n’aurais probablement pas fait d’enfants. Et pourtant je les aime beaucoup.

Merci pour ce site et tous vos témoignages. Je vois que je ne suis pas la seule et ça fait du bien.

2 réflexions au sujet de « Fragile depuis 7 ans … »

  1. suzy

    Ton bloc est rassurant .Ayant un fils de 2ans et étant seul depuis le début. Je n en peux plus !!!
    Et je culpabilise en pensant que comme vous dites « si j’avais su que je n’aurais pas de soutien je n’aurais pas fait de enfants. Même si j’en ai toujours rêvé et que je l’aime fort

    Répondre
    1. Linna

      Suzy, courage, moi aussi seule depuis le début (et même pendant ma grossesse à partir de 4 mois) et ma choupette va avoir 2 ans.
      Je suis en mi temps thérapeutique suite à un burn out maternel…
      Je vous embrasse.

      Nathalie (du 77)

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.