Fusion

Fusion

Fusion

Elle a vécu un blackout pendant 18 mois. Elle pensait s’être réveillée, relevée mais il en est tout autre … 

… Et la je replonge rapidement … L’oxygène me manque un peu plus qu’avant encore.

Plus envie

Cette fois-ci je suis bien là, corps et âme mais je n’ai plus envie de rien et surtout pas de jouer avec mes filles. J’en viens à appréhender les journées à passer avec elles. Je n’ai plus envie de passer du temps avec mes propres filles. Leur lire un livre me coûte. Passer du temps à jouer aussi. Je n’ai pas envie. Je veux qu’elles me laissent tranquille. Et pourtant je suis incapable de les laisser.

Dés qu’elles sont loin de moi je me sens vide, comme incomplète. Avec elles, je m’énerve pour un rien, je cris pour des broutilles. Je recule le moment d’aller les chercher à l’école, à la crèche.

La prise de conscience

5 mois plus tard une amie est témoin de mon comportement. Là, sans qu’elle ne me fasse de remarque, je me rends compte que la situation n’est pas normale. Je prends conscience qu’il faut que je fasse quelque chose.

J’en parle rapidement à ma sœur. Je fais des recherches en parallèle. Pour moi, le verdict est clair. Je suis en plein épuisement maternel. Je / on pense au psy, à plusieurs solutions pour que je me sorte de cette situation. Je veux et je pense que je peux m’en sortir seule.

Cette prise de conscience est finalement le point de départ de ma reprise en main. J’ai peu à peu remonté la pente. Finalement, il m’aura fallu seulement quelques semaines pour juste prendre le temps de vivre pour moi SEULE !

Leur laisser une place

J’ai cru pendant 4 ans que je faisais confiance à mon mari, mes parents, beaux parents. En réalité, il en était tout autre. Il me l’avais pourtant répété maintes et maintes fois. Je ne sais pas comment il a fait pour si bien supporter la situation. Je ne le remercierai jamais assez car cela a dû être très dur pour lui aussi de ne pas trouver sa place de père, parce-que je ne lui laissais pas la prendre.

Il me disait :  » Mais arrête de toujours me dire ce que je dois faire ! « . C’était plus fort que moi. Je pensais que moi seule savait comment faire et tout devait être fait comme je le voulais parce que je savais parfaitement ce dont mes filles avaient besoin.

Des individus indépendants

J’ai fini par prendre conscience que mes filles et moi sommes 3 personnes bien différentes. Elles ont une vie à vivre, leur propre chemin et leur propre expérience à construire. Je peux toujours être moi, être humain indépendant. Je peux profiter d’instants seule, sans regretter de laisser mes filles, sans les quitter à contre cœur. Je peux partir sans boule au ventre, partir sans penser à ce qu’elles vont faire ou ne pas faire. Juste vivre !

C’est à ce moment que tout est devenu plus clair dans ma vie ! Cela fait 2 mois que je remonte la pente. Parfois, je suis encore fragile mais aujourd’hui je sais que je ne suis pas la seule dans la vie de mes filles alors que j’étais incapable de le concevoir il y a encore quelques jours, cela me rassure de savoir qu’elles ont aussi leur jardin secret et qu’elles cultivent de jolis souvenirs. Avec moi, mais aussi avec eux !

Vivre ses propres expériences

Aujourd’hui mon amour pour mes 2 filles est plus fort que tout ! Comme pour rattraper le temps perdu, aujourd’hui, j’ai soif de leur apprendre mille choses. J’ai surtout besoin de les serrer chaque jour dans mes bras et de leur rappeler chaque fois combien je les aime fort.

Aujourd’hui la vie est belle. Je m’en suis sortie, seule. Je regrette bien sûr ces 2 ans « perdus ». Comment ne le pourrais-je pas ? Tout ce qui compte c’est que je sois heureuse aujourd’hui et que l’amour soit bien là.

Une réflexion au sujet de « Fusion »

  1. Ping : Blackout - Epuisement maternel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *