Il faut compter en moyenne un an pour s’en remettre

Il est jeune (et beau … ).
Il est super sympa.
Comme nous, il a deux enfants d’à peu près le même écart d’âge mais un an plus vieux.
Il m’avait prévenue … Avec deux enfants rapprochés, vous allez en c****.Il avait raison mais je n’imaginais pas à quel point !

Aujourd’hui, deux ans après la naissance de mon petit bonhomme, il me demande comment je vais. Dépitée, je lui dit qu’il avait raison. Deux, c’est dur. Mon loulou a des problèmes de santé, on en a bavé et je suis tombée au fond du trou. J’ai eu des problèmes d’épuisement maternel.

Après s’être excusé de m’avoir porté la poisse (Je l’aurais plutôt remercié de m’avoir fait part de son vécu parce que c’est aussi grâce à son discours que j’ai tenu le coup en me disant que c’était difficile aussi chez les autres), il m’a rassurée.

« Il ne faut surtout pas culpabiliser ni avoir honte de ce qu’il vous est arrivé. Avoir un enfant est déjà difficile alors quand on en a plusieurs et que l’un d’entre eux a des problèmes de santé, n’en parlons pas. Vous en êtes arrivée là à cause d’une situation difficile, un facteur extérieur. Vous n’êtes pas arrivée par vous même dans cette situation. »

« Et vous, vous avez été prise en charge ? […] C’est important que vous soyez suivie et prise en charge. Il faut vous occuper de vous pour récupérer. Ce n’est pas le moment de faire n’importe quoi au niveau hormonal […]. Quand vous irez mieux, que vous serez en forme, complètement remise, on pourra en reparler. »

1 an

« Il faut compter en moyenne un an pour s’en remettre » (Là, je pense qu’il parlait d’un accouchement et d’une épuisement maternel à partir du moment où il est pris en charge)

« Prenez soin de vous ET de votre couple. Prenez soin de votre homme. Il en a besoin lui aussi. Vous avez de la chance qu’il soit encore là. Vous avez un homme en or qui vous a soutenue. Prenez soin l’un de l’autre, c’est important. »

« Restez avec deux enfants. Vous avez vécu quelque chose de difficile, vos grossesses sont compliquées. Vous avez assez œuvré pour la France, passez le relai aux autres. Ce serait plus sage ainsi. »

Je vous parle de mon gynéco.

Si seulement j’avais pris un rendez-vous il y a un an.
Si seulement j’avais entendu ce discours il y a un an.
Ça m’aurait fait tellement de bien.
J’aurais enfin eu une oreille compréhensive et à l’écoute.
Mes cris de détresse auraient été entendus.
J’aurais été prise en charge.
Je ne serais peut être pas tombée au fond du trou.
Ma chute aurait certainement été freinée en cours de route.

Cette discussion montre, une nouvelle fois, qu’il est important de parler de sa situation, de ses difficultés. Ce sont parfois les personnes auxquelles on ne pense pas qui peuvent nous venir en aide, écouter notre détresse et nous orienter. Alors, s’il vous plait, parlez …

Une réflexion au sujet de « Il faut compter en moyenne un an pour s’en remettre »

  1. Ping : Où trouver de l’aide ? | Epuisement maternel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.