La privation de sommeil, un moyen de torture

Sommeil

Nombreux sont les parents qui manquent de sommeil. Si certains bébés font leurs nuits dès le retour de la maternité, d’autres ont plus de difficultés. Les raisons sont très diverses. Que mes détracteurs n’incriminent pas les méthodes d’éducation de ces parents désemparés, ils n’y sont bien souvent pour rien … Malheureusement, il faut prendre son mal en patience et vivre avec. Enfin, il faut surtout apprendre à vivre avec le manque de sommeil. Être réveillé une ou deux fois par nuit est une chose, une dizaine de fois en est une autre ! Dans ce cas, nous pouvons parler de privation de sommeil.

De tous temps, la privation de sommeil a fait partie des moyens de torture fréquemment utilisés. Nous pouvons citer plus précisément la Stasi en RDA, l’URSS pendant la période des Grandes Purges ainsi que la prison de Guantanamo où les prisonniers étaient sévèrement torturés. Elle est toujours d’actualité dans de très nombreux pays, qu’ils soient « dictatoriaux » ou « démocratiques ». En France, elle est encore discrètement utilisée lors des gardes à vue.

Que la privation de sommeil soit partielle ou totale, les effets sont identiques. La seule différence est le temps nécessaire pour qu’ils apparaissent. Quels sont ces conséquences ?

Les troubles de l’humeur

Ils sont les premiers à se manifester. Le sujet est particulièrement irritable, d’humeur changeante oscillant entre phases d’euphorie et phases d’abattement. Il ressent le besoin de s’isoler, de prendre de la distance avec son environnement, insensible à ce qui l’entoure, il agit comme un automate.

Étrange comme cette description me rappelle quelque chose …

Les troubles psychomoteurs

La personne au sommeil insuffisant ressent, à plus ou moins long terme, une incapacité à rester immobile, un besoin irrépressible de se déplacer, de bouger, de changer de place ou de position. En découle une difficulté à fixer son attention et à se concentrer.

Devoir relire trois fois la même page d’un bouquin, c’est bien ça les difficultés de concentration !?

Les troubles visuels

Les troubles visuels sont nombreux chez le sujet privé de sommeil. Ils sont particulièrement désagréables, handicapant et parfois même dangereux.

  • sensation de brulure, de picotements oculaires
  • vision de brouillard autour des lumières
  • changement de forme des objets, sensation que le sol ondule, que les lumières clignotent, que les objets bougent rapidement dans le champ visuel latéral

Ces symptômes rendent la lecture et l’écriture difficiles. Une sensation de vertiges permanents ou ponctuels peut apparaitre.

Si le brouillard n’était qu’autour des lumières ! Il était partout, jusque dans mon cerveau …

Les troubles somesthésiques

La personne ressent des fourmillements dans les extrémités. Elle a la sensation d’un chapeau très serré sur la tête. Les muscles de ses paupières et de ses membres trémulent. La sensibilité à la douleur augmente.

C’est beaucoup plus clair comme ça parce que somesthé-machinchose  … Tout de suite, je vois mieux ce que c’est !

Les troubles auditifs

Le sujet souffre d’acouphènes. Il a la sensation d’entendre un bourdonnement, un sifflement ou encore des cloches.

La désorganisation de la pensée

Le manque de sommeil induit des difficultés à trouver le mot juste, à terminer ses phrases, à garder le fil de la discussion. Les troubles de la mémoire sont très fréquents. La focalisation sur le quotidien empêche de regarder vers l’avenir, de se projeter vers le futur.

Qui n’a pas connu ce moment où ne savons plus si nous avons fermé la porte de la maison à clé ou ce moment où nous arrivons dans une pièce sans nous rappeler ce que nous allions y faire ?

Le syndrome végétatif

Tachycardie, hyperphagie, maux de tête, troubles de la libidos peuvent survenir.
Les personnes en manque considérable de sommeil ont toutes connu ce cœur qui se met à battre si vite, cette incontrôlable envie de manger ou ces maux de tête présents dès le réveil.

Certains jours, dès le réveil, paracétamol et Nutella sont nos alliés 😉

Maintenant, vous comprenez mieux votre état ?

12 réflexions au sujet de « La privation de sommeil, un moyen de torture »

  1. Cendra

    Oh oui comme je reconnais certains symptômes qui furent miens par le passé !
    Je me souviens en avoir discuté avec mon homme aussi, lui rappelant que la privation de sommeil était un merveilleux moyen de torture…!

    Répondre
  2. La Prune

    Merci pour cet article… ça explique toute ma vie… la voiture que je viens de frotter sur une barrière… les vertiges et les migraines permanents, l’impression de tout faire en automatique… tout ce que j’oublie… les fourmis dans les mains et les pieds même ! C’est impressionnant…

    Répondre
  3. Ping : Interview de Ludivine créatrice de "Mam'an Forme" - Epuisement maternel

  4. laura

    Bonjour,

    Merci infiniment pour ces explications pour le manque de sommeil je confirme ça rend fou en ajoutant les angoisses matinales…au secours, je suis maman de 3 petits enfants et je ne fais pas mes nuits complètes depuis 5 mois et m’occupe la journée de mes deux petits garçons bref ayant besoin depuis petite de 10h de sommeil le manque de sommeil se fait largement sentir au point que les symptômes me rende folle et angoissent bcp; je ressens tous ce que vous decrivez en plus d’une sensation très genante d’oreille bouchée avec bourdonnement ( trouble auditifs).. comme vous dites vivre avec tout çà c’est difficile mais j’ai une question peut être bête… en toute logique en récupérerant sa dette de sommeil tout reviendra dans l’ordre ? Merci de rassurer une maman épuisée. ..
    Bien à vous

    Répondre
    1. MamLucile Auteur de l’article

      Bonjour,

      Je ne pense pas qu’on puisse dire qu’on récupère un jour sa dette de sommeil mais quand vus arriverez à dormir de nouveau suffisamment, oui, vous irez à nouveau mieux et ces symptômes disparaitrons, rassurez-vous 😉

      Répondre
      1. laura

        Merci ♡♥♡
        C’est vrai que c’est difficile quand on est en « plein dedans » car c’est le cercle vicieux on arrive plus a dormir et cette sensation d’oreille bouchée avec bourdonnement n’aide pas a mieux dormir…on aimerait juste sortir de cette « bulle » qui angoisse car le sommeil ne peut être calculé et il faut malgré tout avancée. .. en vérité c’est mon second epuisement j’ai mis près d’un an a récupérer et me retrouver j’ai pensé devenir folle mais j’étais enceinte sans le savoir…recommence un épuisement mais le symptômes des oreilles est nouveau pour moI comme ci on en a pas assez! !!! Merci pour ce blog qui m’a reconforté sur ce symptômes inconnue avant…. merci pour toutes les mamans qui passent par là et pense devenir folle…

        Répondre
  5. Ping : 120 astuces pour que bébé fasse ses nuits

  6. jeremy

    bonjour la privation de sommeil et en sois un (acte de torture et de barbarie) et punis en France de 30 ans de prison si la personne a des problèmes Moteur ou psychique et de 15 ans ci elle (lui) et mineur …Merveilleux Cendra Non ?

    Répondre
  7. Nicolas

    Ne pas oublier que les papas sont aussi concernés, peut-être même plus parce que le plus souvent, on doit aussi travailler (cf les 14 jours de congé parental…) et que le manque de sommeil peut avoir des conséquences dramatiques sur la qualité du travail produit et nos relations en milieu professionnel. D’autre part, le manque de sommeil ce n’est pas un problème de petite enfance uniquement, mais peut facilement se poursuivre jusqu’à 4 voir 5 ans, tant que l’enfant n’a pas compris que la nuit, il faut dormir. Enfin, il faut souligner que nous ne sommes pas tous égaux face au sommeil – j’ai besoin de 9 heures pour être en forme, d’autres – de 7, etc. Certains se rendorment vite après avoir été réveillés, d’autres, comme moi, passent des heures à tourner dans son lit. Voilà.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *