Le livre « Mère épuisée » de Stéphanie Allenou

LE livre qui m’a sauvé lorsque j’étais au plus bas.

Je ne saurais dire de quelle manière j’en ai eu connaissance.
Sur Internet, dans une émission télé, peut être dans un magazine …
Je ne me souviens plus. La seule chose dont je me souviens, c’est de m’être rendue sur Internet pour voir de quoi parlait exactement ce livre. Voici ce que j’ai découvert :

« Le burn out maternel : un récit poignant, le témoignage courageux d’une mère. Stéphanie Allenou nous livre sans tabou ses sentiments d’isolement, de doute, de peur et les moments de perte de contrôle, de violence ordinaire qui ont fait son quotidien avec ses enfants. Elle nous révèle alors son désarroi face à cette part étrange d’elle-même, et dénonce notre société qui idolâtre la maternité en oubliant la mère. Mais son discours est aussi un témoignage d’optimisme qui veut prévenir le fléau du « burn out maternel ». Elle suggère des solutions pour entourer les mères épuisées et les encourage à oser dire leurs difficultés. »

 

Le diagnostic n’avait pas encore été posé mais je me suis retrouvée dans cette description. Je l’ai alors acheté, impatiente de le lire. Moi qui ne lisais plus depuis des mois, faute de temps et d’énergie, je l’ai « avalé » en quelques heures, prise en étau entre les larmes, le soulagement et l’espoir.
Des larmes de tristesse, touchée en plein cœur par ces mots qui défilaient. Mots que je n’arrivais pas à poser sur ce que je vivais, qui décrivaient si bien mon propre quotidien. Jamais je n’avais pleuré en lisant un livre. Cette fois, je ne pouvais plus m’arrêter …
Le soulagement de ne plus me sentir seule dans cette situation infernale, invivable, qui me semblait insurmontable. Le récit de Stéphanie Allenou correspond à 95% à ce que j’ai moi même vécu pendant une année. Non, je n’étais pas folle. Oui, d’autres le vivent et l’ont vécu. Non, être maman n’est pas toujours QUE du bonheur. Oui, le sujet est encore trop souvent tabou et incompris.
L’espoir de voir cette femme s’en sortir, tirer du positif de son expérience douloureuse.
La voir rebondir professionnellement, faire de l’épuisement maternel son cheval de bataille.
Oui, moi aussi je pouvais m’en sortir. Non, je ne resterai pas au fond du trou, dans mon enfer quotidien, dans ma prison dorée. Grâce à ce livre, j’ai trouvé la force de continuer, de m’en sortir, d’oser changer de vie.
Moi aussi je veux faire quelque chose pour ces mères qui souffrent sans qu’on les comprenne. C’est pourquoi j’ai créé ce blog.

 

Au delà d’un témoignage d’espoir, c’est aussi une manière formidable de faire comprendre à tous ce qu’est le quotidien d’une mère épuisée mais aussi de faire de la prévention sur le sujet. Alors, n’hésitez pas, empruntez, acheter le livre ou le format numérique, mettez le sur votre liste de cadeaux à vous faire offrir, vous apprendrez beaucoup …

 

Bonne lecture !

Pour acheter le livre, vous pouvez cliquer ici.

7 réflexions au sujet de « Le livre « Mère épuisée » de Stéphanie Allenou »

  1. voirlamer

    Pour moi pareil!! lu d’un seul trait, le livre m’a touché en plein coeur. Il est de surcroit très bien écrit.. Chapeau bas et merci mille fois Stéphanie Allenou

    Répondre
  2. leslutins

    je l’ai fini dans la semaine, et l’ai donné à mes parents ce matin avec grand espoir qu’ils le lisent à leur tour pour que j’ai enfin l’impression qu’ils comprennent que je n’en rajoute pas quand je leur parle de mon mal être et de ce que je vis au quotidien…

    Répondre
    1. mamlucile

      J’ai eu le même réflexe que vous.
      Je l’ai fait lire à mon mari qui pensait pourtant être conscient de mon quotidien.
      Une fois terminé, il m’a dit « je ne savais pas que c’était à ce point » …
      Je ne garde que très peu de livres que j’ai déjà lu. Mais celui-ci, je ne peux me résoudre à le donner. Il décrit si bien ce que moi aussi j’ai vécu …

      Répondre
  3. Ping : Hors sujet – Liebster Award | Epuisement maternel

  4. Ping : Leur secret ? Une "bonne baby-sitter" | Epuisement maternel

  5. Ping : « Le burn out parental  de Liliane HOLSTEIN | «Epuisement maternel

  6. Ping : Se taire ou persévérer | Epuisement maternel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.