Les maternelles #2

Comment ne pas se sentir envahi par ses enfants ?
Mes enfants prennent toute la place

C’était le thème de l’émission « les maternelles » ce mardi.

Sujet qui concerne un grand nombre de mères épuisées qui en fait de se faire envahir par leur enfants se laissent en réalité envahir par leur rôle de mère.

Vous vous reconnaitrez très certainement au travers des citations évoquées dans ce billet.

Une psychologue était présente sur le plateau. Elle est revenue sur ce que vivent ces mères qui essaient de mener à bien plusieurs vies parallèles : vie de mère, vie de femme, vie professionnelle, vie de famille, vie personnelle. Cette dernière est d’ailleurs bien souvent oubliée au profit des autres.

« Entre vos enfants, votre travail, votre famille, vous n’avez aucun moment à vous ? »

Aussi, elle met en avant le quotidien des ces femmes qui recherchent la perfection.

« Ces mères qui assurent sur tous les fronts sont débrouillardes et courageuses. Leur quotidien est compliqué, elles doivent avoir une organisation parfaite. Elles ont besoin de soutien, d’être entendues de leur angoisse, de leur détresse.

Elles ne veulent pas lâcher ce qui leur semble important comme s’occuper de leurs enfants, travailler au maximum.

Ces femmes sont peu soutenues, il faut le dire. Elles ont souvent l‘impression d’être déchiquetées en morceaux à force de gérer sur tous les fronts.

Elles ont du mal elles même à lâcher prise, ce qui les oblige à être parfaites et c’est très douloureux. Ce sont des mamans en détresse à la recherche d’un modèle parfait qui n’existe pas, qui les épuise. Il faut qu’elles apprennent à vivre de tout ce qu’elles font de bien, qu’elles se gratifient et demandent à leur entourage de les féliciter, les encourager pour les choses bien qu’elles font. »

Elle appuie sur la corde sensible de beaucoup de mères.

« Etre parents c’est aussi être loin de ses enfants, penser à eux et leur permettre de penser à nous. Ils ont besoin d’un espace en dehors des parents. »

La psychologue précise que ces mères qui vivent pour leurs enfants et veulent la perfection à tout prix doivent se faire aider.

« Il faut inciter les mamans « dans le jus » à aller voir quelqu’un. Elles ont besoin d’aide. Elles ne sont pas débordées par leurs enfants mais par autre chose. Il faut comprendre d’où ça vient, sinon, on essaie de calmer son angoisse en en faisant toujours plus. Il faut faire des activités pour soi, ne plus avoir peur de penser à ce qu’il se passe, trouver des alliés dans son entourage.

Il n’est jamais facile de se séparer de ses enfants, d’être tranquille psychologiquement.

Ces mères se mettent dans cette situation qui les épuise sans savoir pourquoi elles-mêmes. Il y a un problème de fond, elles répètent que situation qu’elles ont vécu ou qu’elles ont manqué. Les enfants ne sont pas fautifs, c’est la mère elle même qui l’est. »

Et au sujet de l’impact d’une telle situation sur les enfants ?

« Les enfants apprennent à faire plaisir à leur maman qui se sacrifie. Le poids à porter est très lourd pour un enfant.« 

Dalila et Natacha apportent leur témoignage.

Natacha (que j’ai l’impression d’avoir déjà vue quelque part) a 3 enfants, des journées « de fou », elle en fait trop comme elle le dit, culpabilise beaucoup quand elle prend du temps pour elle.
Elle a décidé de changer la donne. A vouloir être sur tous les fronts, le moindre grain de sable prend des proportions énormes. « Je ne peux pas être partout » dit-elle« Je dois passer du temps plus qualitatif avec les enfants, à force de vouloir faire les choses, on n’est jamais dans le temps présent et on ne profite pas ».Comme beaucoup de mères l’ont déjà exprimé lors de mes divers échanges, elle précise que même si on est fatiguée, épuisée, on trouve toujours l’énergie nécessaire pour avancer.

Quant à elle, Dalila est mère de 3 enfants. Elle est heureuse mais consciente qu’elle doit moins se consacrer à ses enfants. Son mari estime que c’est sont rôle de dire à sa femme de faire attention lorsqu’elle prend trop à coeur ce qu’elle fait.
Complètement débordée, elle a des journées à rallonge et ne dort que 4h par nuit. Absolument épuisée, elle sait que cette situation ne pourra pas durer.

Si le sujet vous intéresse, allez voir l’émission en cliquant sur l’image 😉

Les maternelles

Pour aller plus loin, Nathalie Le Breton nous propose le livre « Imparfaites pourquoi pas – Agir selon ses choix » de Claire-Marie Best.

2 réflexions au sujet de « Les maternelles #2 »

  1. emilie

    super article. je m’y suis totalement retrouvé. c’est ce genre de choses dont on a besoin lorsque l’on es dans cette situation. on se sent moin seule.
    merci.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.