meres-crise-nerf

Les maternelles : Mères au bord de la crise de nerf

meres-crise-nerf

« Mères au bord de la crise de nerf », le titre de la dernière émission des Maternelles sur France 5 traitant du sujet de l’épuisement maternel. Nous y retrouvons le témoignage de deux mamans et un papa.

Je me suis beaucoup retrouvée dans l’histoire du couple Athina et Vincent. Elle ressemble étrangement à la notre : Deux enfants d’environ deux ans d’écart un bébé souffrant de RGO, des mois sans sommeil, la réaction de Vincent … Peut-être que, de votre côté, le témoignage de Béatrice vous parlera d’avantage.

Voici, en vrac, ce que j’ai retenu de ces échanges.

L’épuisement se construit, au fil du temps, à partir d’idéaux (les nôtres et sociétaux). Ce n’est pas une dépression même s’il peut parfois y être associé.

Les femmes sujettes au burnout ont une très haute opinion du rôle de mère pour lequel il faudrait être sans cesse présente pour son (ses) enfant(s), ne jamais penser à soi ou prendre du temps pour soi.

Les mères épuisées sont extrêmement efficaces. Elles répondent aux demandes dans l’immédiateté. Résultat, leur(s) enfant(s) ne savent pas attendre, ne savent pas gérer la frustration et sont exigeants – Comme quoi, une qualité trop forte peut devenir une faiblesse … – Pourtant, les aider à se construire et à trouver un bon équilibre lorsqu’ils seront adultes, c’est aussi leur apprendre à prendre leur temps et leur montrer qu’une mère n’est pas qu’une mère.

L’épuisement maternel se caractérise par un détachement, un raz le bol général, une sensibilité accrue au bruit. La maman agit mécaniquement, une manière de se couper de ses propres émotions pour se protéger.

Elle a un fort sentiment de solitude. Il est amplifié par notre société dans laquelle nous ne pouvons plus nous plaindre puisque nous pouvons avoir des enfants quand nous le voulons. Ce n’est plus partageable.

Béatrice raconte être découragée. Au quotidien, ce sentiment s’exprime par un énervement constant. Elle pète les plombs chaque jour en parlant mal à ses enfants et en les accablant de « j’en ai marre », « j’ai envie de m’en aller », « j’ai besoin d’air ». Elle ressent de l’incompréhension et de la tristesse chez ses enfants face à ces mots. Elle a la sensation de leur faire du mal, elle culpabilise.

Et que pense Vincent, le papa ?

Comme dans beaucoup de familles en détresse, il s’est senti démuni. Il ne savait pas comment s’y prendre, s’il devait ou non en parler. Il a eu peur d’envenimer la situation, de froisser sa femme, de provoquer tout le contraire de ce qu’il aurait souhaité. Alors, il s’est tu et il a aidé autant qu’il le pouvait, lorsqu’il était à la maison, pour soulager Athina.

Et le mot de la fin ? Surtout, n’hésitez pas à laisser vos enfants en sécurité dans une pièce et vous dans une autre lorsque la situation est à la limite de l’explosion. J’ajouterai d’utiliser des bouchons d’oreilles pour diminuer le volume sonore et aider la pression à cesser d’augmenter au moins, à redescendre au mieux.

2 réflexions au sujet de « Les maternelles : Mères au bord de la crise de nerf »

  1. Ping : Prendre conscience - Epuisement maternel

  2. Athina

    Bonjour, je viens de lire votre article. Je suis Athina. Je vous remercie pour ce post. (AVEC beaucoup de retard, désolée). Ce qui est marrant, c’est que j’ai témoigné dans votre blog quelques mois avant de participer à l’émission. J’ai réussis à avancer dans mon burn out grâce à votre blog, aux autres témoignages qui m’ont fait me sentir tellement moins seule! D’ailleurs j’avais aborder votre blog AVEC l’équipe de rédaction car il est tellement solide et est un réel appuie pour les mamans. Et papas.. merci beaucoup pour vos mots.. bonne journée. Athina

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *