Folie

« La privation de sommeil m’a rendue folle »

Folie

Après avoir découvert le blog et parcouru des pages et des pages de témoignages dans lesquels elle s’est retrouvée à chaque fois, cette maman a choisi de se livrer à vous.

Maman d’un petit garçon de 23 mois TRÈS caractériel, je suis en plein burn-out également.

J’ai eu une grossesse couchée (Menace d’accouchement prématuré) avec contractions jour et nuit. J’ai donc commencé les nuits blanches à 4 mois de grossesse. J’ai eu parfois tellement mal au ventre et dans le dos que j’aurais pu me donner des coups de poings. Je devenais folle à cause de la douleur et de mon ventre qui était dur comme de la brique.
Mon fils est né à 7 mois et demi de grossesse (petit prématuré et accouchement de rêve). Nous sommes restés dix jours à la maternité et sommes rentrés à la maison.

Dès les premiers jours, ça s’est compliqué … Mon fils tétait toutes les heures et demi (de jour et de nuit). Je ne pouvais rien faire entre chacune d’entre elles. Il a commencé à avoir des reflux (tout le monde me disait que c’était normal qu’il pleure) sauf qu’il pleurait (jour et nuit) de douleur. J’ai déboulé pour la énième fois dans le cabinet du pédiatre pour ce problème sauf que cette fois, j’ai exigé un traitement. Il a duré 7 mois.

Nous lui avons administré sa 1ère dose d’anti-reflux un vendredi soir. Le samedi matin, il gazouillait et avait dormi 6h de suite sans pleurer. J’en ai pleuré … Pleurer je n’ai fait que ça pendant des mois. La privation de sommeil m’a rendue folle. Triste. Irritée. Irritable. À côté de la plaque.

J’étais en congé parental depuis des mois et n’avais plus aucune vie sociale. Je ne faisais plus rien et ne voyais plus personne. Je sautais sur mon homme le soir pour qu’il me raconte ses journées de travail. Quand j’y repense, cette période a été une vraie torture.

J’ai repris mes études pour faire une formation professionnelle et changer de métier. Mon fils avait 7 mois. Il n’a plus fait ses nuits à partir de ce moment là. Je gérais les cours, la maison (courses ménage etc), mon fils et les révisions le soir tard. Très tard. Jusque 2h du matin parfois. Et mon fils se réveillait à partir de 4h30.

Je pleurais dans ma douche, tous les matins. Mon couple a failli voler en éclats plusieurs fois, à cause de moi, de mon comportement. Je ne supportais plus mon fils. Je parle au passé mais ce n’est pas si loin que ça. Je suis d’ailleurs toujours dedans en fait. ..

En septembre 2015 (les cours étant finis et mon diplôme en poche), j’ai pris la décision d’aller voir une psychologue. Ça me fait du bien de parler à quelqu’un qui trouve les mots. Mais j’ai l’impression que mon état ne s’améliore pas assez vite à mon goût.

J’ai envie de redevenir celle que j’étais avant mais j’ai l’impression que je l’ai perdue pour toujours. Malgré tous ces efforts et cette volonté d’aller mieux, les moments passés avec mon fils ne sont pas « heureux » . Il est insupportable et je crie sans arrêt sur lui. Il m’est arrivé de lui mettre une fessée (c’est grave je sais et j’ai honte). J’aimerais tellement prendre tout ça avec plus de recul et de détachement pour ne pas exploser en quelques secondes. Il est très caractériel mais je sais que son comportement découle du mien. Je ne sais pas comment m’y prendre pour laisser couler. Je n’y arrive pas. J’ai l’impression de ne gérer que des contraintes, des soucis.. Je suis une coquille vide.

Vous savez, j’ai été cambriolée à 3 mois de grossesse, les contractions se sont déclenchées à ce moment là. L’allaitement n’a pas été simple car il tétait ENORMEMENT (et j’ai dû arrêter à 2 mois à cause des RGO). Mon voisin du dessous a fait des travaux pendant 9 mois. Mon bébé ne pouvait pas dormir. Une fois, j’ai failli descendre avec un couteau tellement je ne supportais plus les coups de marteau. C’est ma belle sœur qui y est allée, heureusement. Sinon, je ne sais pas ce qui serait arrivé.

J’avais le bassin et une cote déplacés depuis l’accouchement (on ne me les a remis que 6 mois après).  Je me suis faite opérer d’un ongle incarné et j’ai dû gérer mon fils avec les béquilles et la douleur. Mon Licenciement n’a pas du tout été fait comme c’était prévu, ils m’ont laissée 5 mois sans salaire (il voulait tout à coup que je démissionne). On m’a posé un stérilet, je suis réglée 15 jours par mois depuis. C’est horrible. Nous vivons depuis 2 ans dans un F2 de 50m2 à 3 avec un chat (mais nous emménageons bientôt dans une belle petite maison avec 3 chambres). La grosse cerise sur ce gâteau raté, c’est que j’ai commencé un traitement contre l’acné (du à ma grossesse) pendant 9 mois qui a été très dur physiquement et psychologiquement. Il parait même que des gens se suicident à cause des effets secondaires.

Alors après tant de souffrances, j’ai craqué. Je suis tombée à genoux et je me relève tout doucement. Mais ce n’est pas facile.

Je suis heureuse d’avoir découvert ce blog. Je suis désolée pour ce roman qui n’en finit pas. J’avoue que ça m’a fait du bien de l’écrire..

Mon fils pleure, je dois m’arrêter …

15 réflexions au sujet de « « La privation de sommeil m’a rendue folle » »

  1. Mum en Vrac

    Je souhaite plein de courage à cette maman. Le manque de sommeil c’est un des pire ennemi des parents et je connais ça un de mes jumeaux de 17 mois ne fait toujours pas ses nuits et mon aîné de 3 ans se réveille encore régulièrement !

    Cette maman a beaucoup de force quand on lit tout ce qu’elle a traversé. Je lui souhaite de continuer à se relever et qu’elle n’hésite pas à venir témoigner encore et encore si ça lui fait du bien !

    Répondre
    1. Maman papillon

      Wahou comme on se croit seule quand on vit ça..et pourtant j’avais l’impression que ce témoignage était le mien!ma fille a trois ans,elle tetait aussi souvent que ton fils,pareil rgo,fort caractère,congé parental,manque de sommeil,tensions..j’aime ma fille plus que tout mais parfois je craque..
      Merci pour ce partage qui fait vraiment du bien!

      Répondre
    2. Exhaustive Mum

      Merci beaucoup… Vos encouragements me touchent énormément… <3
      Je lui donne depuis peu un petit "cocktail" homéopathique : passiflora composé + stramonium 9CH + Gelsénium 9CH. C'est magique….
      Pourvu que ça dure…
      Belle soirée à vous

      Répondre
  2. Sidlovski anceline

    Quelle souffrance !!! si seulement toutes ce femmes en grande souffrance pouvaient se faire aider . La sophrologie est un véritable outil pour gérer les tensions , se recentrer et trouver un sommeil meme court , réparateur .
    c est tellement dur de ne pas dormir !

    Répondre
    1. Exhaustive Mum

      Oui ça fait 15 jours que je vois qqn qui me fait des séances de sophro, de nettoyage d’enveloppe hétérique, etc… Ca fait un bien fou.. Mais je dois avouer que qques minutes avec mon fils suffisent pour balayer tout ça..
      Je ne lâche rien.. Je continue.. C’est dur d’avoir l’impression que tout vous échappe.. C’est très dur..

      Belle soirée à vous 🙂

      Répondre
  3. Exhaustive Mum

    Voilà… Je suis l’auteur de ce témoignage..
    Aujourd’hui mon compagnon me quitte.. Il ne supporte plus mon eta.
    Je suis dévastée..
    Il emménage seul dans la maison… Et souhaite la garde alternée…

    Je suis perdue… :'(

    Répondre
    1. Libellule

      Bonjour;
      C’est ce que veut mon compagnon car j’ai été infernale…
      J’en suis arrivée au chantage tellement je me sentais seule abandonnée et sans aide.
      Du style je vais mettre fin à mes jours (Alors que j’en suis absolument pas capable)
      Tu voulais pas d’enfant en fait alors je vais supprimer tes problèmes (ça aussi impensable évidement)

      Des mots très l’ours qu’eux seuls pesaient dans ma balance d’épuisement et de sentiment d’abandon et avec ça la peur atroce d’en parler à une assistante sociale j’entends partout qu’on pourrait m’enlever mes enfants.

      Répondre
  4. Cha

    Quand j’ai lu le titre de ton témoignage je me suis dit « c’est pour moi cet article ». J’ai vécu une aventure assez difficile aussi, le témoignage sur « mon organisme en piteux état », c’est mon « expérience »…
    La privation de sommeil me rend complètement folle aussi, parfois je suis tellement fatiguée que j’ai envie de taper mes poings dans le mur! Heureusement pour moi j’arrive à faire la part des choses avec ma fille et à ne pas lui en vouloir ou m’énerver sur elle mais j’ai eu une belle grossesse et un bel accouchement, certes fatigant mais naturel, je pense que ça doit jouer.
    Je viens de voir tes 2 derniers commentaires, ça doit vraiment être difficile en ce moment mais dis-toi que c’est peut-être temporaire. Ton état a forcément empiété sur votre couple, c’est logique et peut-être qu’une pause entre vous vous fera du bien pour mieux reconstruire et repartir ensuite ?! Cela a été très dur pour mon mari aussi, on a envisagé la séparation aussi à un moment. Mais il faut toujours y croire ! La pensée positive ça aide énormément et ça aide à avancer même si on aimerait que ça aille plus vite…
    Courage !!!

    Répondre
    1. Exhaustive Mum

      Merci beaucoup pour tes encouragements.. Aujourd’hui il me dit qu’il m’aime mais que ce n’est plus possible. Le pb est qu’il ne reconnaît pas ses torts (car il en a aussi) et ma dépression a bon dos dans ces cas là..
      Je lui ai demandé de bien réfléchir, nous devons nous donner du temps avant de prendre une décision qui brisera notre famille..

      Merci encore pour tes encouragements

      Répondre
      1. Cha

        S’il t’aime c’est déjà un bon point même le plus important je dirais :). Essayez de ne pas vous reprocher vos torts mais plutôt d’exprimer chacun ce que vous ressentez, essayez de parler en « je » plutôt qu’en « tu », je sais ça à l’air « bateau » dit comme ça (on dirait un cours de com’ pour entreprise) mais pour l’avoir mis en pratique, ça fonctionne. C’est toujours plus agréable d’entendre « j’ai besoin d’aide car je suis épuisée » que « tu ne fais rien, tu ne comprends rien ». Une fois vos ressentis exprimés, prenez un peu de recul surtout s’il le souhaite et après faites un point et voyez ce que vous pouvez mettre en place pour aller mieux. Vous de votre côté, pour votre enfant (le faire garder pour vous retrouvez un peu tous les 2 par exemple) et puis pour votre couple ensuite.
        Il faut que tu acceptes ton état également et que lui arrive à le comprendre, c’est pour moi, une clé essentielle. Je vois bien qu’avec mon mari ça va mieux depuis qu’il a compris ma souffrance et mon état.
        Vous avez vécu (votre couple) beaucoup de bouleversements ces derniers mois, c’est normal que cela soit difficile à traverser, il faut que vous en discutiez, demande-lui comment il se sent par rapport à ces derniers mois, comment il a vécu, vit les choses… Et toi exprime toi aussi.
        Par rapport à ton fils, sais-tu pourquoi il est si excité ? Pourquoi il crie beaucoup ? Lui as-tu déjà expliqué les raisons de ton état et comment tu as vécu ta grossesse ? Essaie peut-être de lui parler et de lui vider ton coeur, on n’imagine pas tout ce que les enfants peuvent comprendre… Dis-lui qu’il n’est pas responsable, que tu l’aimes et que tu veux son bonheur mais que pour cela il faut que maman « se recharge les batteries » aussi et se retrouve un peu. Sinon tu pourrais également aller voir une/un kinésiologue avec lui si après tout ça tu ne vois pas de changements.
        Et pour toi, vas-tu voir un/une psychologue? Ca fait un bien fou de pouvoir pleurer et parler en zone « neutre » parce que même si certains proches peuvent comprendre, ils ne comprendront pas tout tout le temps, ils jugent malgré tout (même sans vouloir faire mal) et à un moment ils estimeront peut-être que « c’est tout maintenant ». Je me suis entourée de ma psychologue, de mon chiropracteur (j’ai le bassin/dos et le système digestif en miette), mon médecin traitant qui est super avec moi, j’essaie de me reposer un maximum, repos/dodo. Tu travailles en ce moment ? Peux-tu te permettre de te reposer ? Ton fils est un peu gardé ?
        Je voulais aussi te demander… Tu dis que ton bassin était déplacé et côtes, tu avais quoi comme symptômes?! Comment on l’a vu ? Et qui a remis ça en place et comment ? Tu avais des problèmes digestifs ? Parce que ça ne tourne pas vraiment rond dans mon corps non plus depuis 4 mois alors je suis un peu en recherche d’infos, de pistes… Merci 🙂

        Répondre
        1. Exhaustive Mum

          Mon fils a 2 ans et 2 mois aujourd’hui.. Il est en crèche depuis le mois de septembre.. Le post-partum était malheureusement déjà bien installé :'(
          Nous avons acheté une maison à peu près à la même période, et nous en avons eu les clés début janvier.. Nous avons entamé de GROS travaux de déco, et avons eu qques mauvaises surprises.. Nous sommes à bout de forces..
          Quand on ne bosse pas, on fait des travaux..
          J’ai énormément verbalisé avec mon fils mais je t’avoue que j’ai l’impression que ça ne sert à rien du tout.. La (nouvelle) pédiatre (également homéopathe) pense peut-être à une intolérance au lactose (Ô.o). mais depuis que nous avons supprimé le bib du matin et changé les habitudes alimentaires, son comportement n’a pas « évolué » en mieux..

          Concernant mon bassin et ma côte, j’avais tout simplement mal.. Du matin au soir, une douleur constante à laquelle je m’étais habituée.. Je suis allée voir une ostéopathe qui pratique « à la douce ». Ca m’a fait un bien fou.
          J’ai entendu parler de Kinésiologie et il y en a justement une très réputée dans le coin, le pb c’est qu’entre la psy, l’ostéo, et la kinésiologue il faut faire un choix par rapport à nos moyens financiers (la maison nous prenant aussi beaucoup de temps et d’argent)

          (>.<)

          L'impression d'être dans une boucle interminable…

          Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.