confiance-sport

Retrouver confiance en soi grâce au sport

Il y a un an, lorsque j’étais au plus bas, quand le poids de l’épuisement était devenu trop lourd à porter, j’avais perdu toute estime de moi. Je ne me sentais plus capable de rien, ne serait-ce que de la moindre chose. Je me sentais inutile, nulle, bête, …
Je vous parlais d’ailleurs, dans un précédent billet, de cette fameuse dévalorisation de soi qui atteint bien souvent les mères épuisées.

Puis, j’ai été prise en charge, j’ai commencé à aller mieux, je me suis amusée à me lancer des petits défis au quotidien pour retrouver confiance en moi. Petit à petit, j’ai réussi à avancer.

En parallèle, je rêvais depuis des années de courir et d’être capable de faire un marathon. J’avais bien tenté de me lancer plusieurs fois depuis 10 ans mais, j’étais découragée dès la première séance. Elle était toujours si laborieuse, tellement décevante. Je ne courais que 10 minutes avec grande difficultés et j’étais à bout de souffle, sur les rotules. Alors, je trouvais toujours une très bonne excuse pour ne pas y retourner. Je n’ai pas le temps, je suis trop fatiguée, j’ai mal ici, il fait trop froid, il pleut tout le temps, …
Bref, si l’envie était là, la motivation quant à elle était bien loin !

wpid-2014-08-13-09.42.17.jpg.jpeg

Un premier défi

Avant l’été, j’ai eu envie de m’inscrire pour La Vannetaise. Je me suis dit que 6 km en courant, ce n’est pas le bout du monde. J’ai donc glissé ma tenue de sport dans ma valise en pensant qu’en 5 semaines de vacances, je trouverais bien le temps et l’énergie pour m’y mettre. C’est finalement le 11 août que j’ai chaussé mes baskets, la cinquième et dernière semaine de notre périple. J’avais huit semaines pour atteindre mon objectif de 6 km.

J’ai commencé difficilement, je l’avoue. 2,7 km en 20 minutes. J’étais épuisée, vidée, essoufflée. J’avais l’impression d’avoir couru un marathon mais bon sang, qu’est ce que je me sentais bien !

Les deux premières semaines, j’ai stagné mais j’étais fière de cette régularité que j’arrivais à garder. J’ai persévéré et j’ai réussi à franchir le cap des 20 minutes deux semaines plus tard. J’arrivais alors à courir 45 minutes et j’avais déjà atteint mon objectif de courir 6 km en quatre semaines au lieu de huit. J’étais fière de moi, non seulement pour la performance mais aussi et surtout parce que je ne pensais pas avoir une telle forme physique.

Mon prochain objectif ? Être capable de courir 10 km au début du printemps.

J’ai commencé à réduire le temps nécessaire pour parcourir les fameux 6 km. Avec le temps, j’avais besoin de courir plus longtemps. Alors une fois que j’ai été capable de courir cette distance en 38 minutes au lieu de 45 minutes, j’ai décidé d’aller encore plus loin. Après 6 semaines d’entrainement, j’ai réussi à courir 10 km  en 1h07. Objectif que je m’étais fixée pour le début du printemps …

Autant dire que pour la confiance en soi, c’est parfait ! J’avoue tout de même que je ne ferai pas cette distance tous les jours 😉 Malgré tout, je commence sérieusement à envisager un objectif de 15 km en compétition en mars et un autre d’un semi marathon dans un an … Et ce qui est certain, c’est que je suis prête pour La Vannetaise !

La course à pied ne m’apporte pas que de la confiance en moi

La course à pied me fait du bien moralement ET physiquement.

Moi qui étais gênée de me sentir trop molle après deux grossesses, j’ai retrouvé une fermeté bien plus agréable.

Aussi, quand j’ai fini ma session, je me sens bien. J’ai la sensation d’être vidée de quelque chose, d’évacuer. Comme si je faisais sortir cette angoisse qui me ronge. Lorsque je respire, l’air passe de façon très fluide, sans obstacle.

Ma colère et mon énervement sont mon carburant. Ils me servent d’énergie pour me dépasser, pour ne pas lâcher, pour m’améliorer. Je me surprends même à avoir une envie soudaine de chausser les baskets lorsque la pression est trop forte !

Lors des plus longues sorties, je me sens tellement détendue qu’après la douche, je n’ai qu’une envie, aller faire une sieste ! Et là, c’est l’extase. Ça me donne l’impression d’être comme droguée …

Je ne vais pas faire comme dans beaucoup d’articles et vous pousser à reprendre le sport parce que c’est la rentrée et qu’il faut prendre de bonnes résolutions. Non ! Je voudrais simplement vous dire que si vous sentez que vous avez besoin d’évacuer, le sport peut être une bonne solution. Pour moi, c’est la course à pied ajoutée au yoga. Pour d’autres, ce peut être la danse, la gym, le vélo, la piscine, ou simplement la marche.

Le tout est de prendre du plaisir à ce que nous faisons, que l’activité nous apporte quelque chose et de respecter ses capacités et ses limites. Si vous ne courez ou ne nagez que 10 ou 15 minutes au départ, ce n’est pas grave, il faut commencer quelque part, se fixer des objectifs atteignables et réalisables. Inutile de vouloir faire un marathon ou le tour de France si vous n’avez jamais fait de sport … Au fur et à mesure que vous progresserez, vous serez fière de vous et vous reprendrez confiance en vous 😉

8 réflexions au sujet de « Retrouver confiance en soi grâce au sport »

  1. Tessie

    Je ne sais pas courir malheureusement, mais je marche (marchais), pas des promenades, de la vraie marche rapide, ça m’a fait un bien fou, je crois même que c’est ce qui m’a permis de tenir le choc !
    Malheureusement je ne trouve plus de dispo pour sortir ne serait ce qu’une heure seule. Et je commence à en ressentir les effets…

    J’espère pouvoir me dégager à nouveau du temps, ton billet m’aide à y repenser en tout cas ! Merci 🙂

    Répondre
  2. Ping : Cette émotion qui aide à relativiser | Epuisement maternel

  3. Ping : Ces Mamans qui courent: l'expérience de Lucile |

  4. Ping : 2016 ... - Epuisement maternel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.