Silence ravageur

Masque

Masque

Témoignage d’une lectrice élevée sur un modèle qui a fait souffrir de nombreuses femmes : « sois une mère et une femme parfaite, tais toi et ne te plains pas ». Des femmes qui ont autour de la soixantaine aujourd’hui et qui sont épuisées du rythme effréné qui leur était imposé. Elles auraient pu se rebeller et dire stop. Mais non, c’était ainsi, c’est ce que la société attendait d’elles et elles s’y conformaient la plupart du temps.

Après avoir lu ce témoignage, vous comprendrez à quel point il est important de parler de ce mal être intérieur que provoque parfois l’épuisement maternel.

Ma mère m’a toujours dit qu’il fallait être forte, nous n’avons pas le choix, nous devons lever la tête haute, garder nos maisons propres, faire à manger pour nos petits et être une geisha au lit en prime.

Maman si tu savais oh combien il est dur de faire tout ça en 2014, avec 2 parents qui travaillent et la vie dure qu’on a à présent…

J’ai honte de moi. Honte de ne pas assurer. Je pleure chaque jour que Dieu fait (tiens en écrivant ça, je me rends compte que je pleure en même temps, c’est pathétique). Suis-je une mauvaise mère si je dis que j’ai envie de tout plaquer, de partir, laisser mes enfants et mon mari derrière moi et me retrouver moi, rien que moi?

Je suis épuisée physiquement, moralement, psychologiquement, humainement. Pourtant j’ai des enfants en bonne santé, ils sont plutôt cools en plus.

Marre de ranger, de faire le ménage, de préparer les repas, je ne travaille plus parce que j’ai déménagé donc pas de place en crèche pour mon 3ème (en même temps comment voulez-vous que je travaille si je n’ai pas de mode de garde ? ). Je ne supporte plus mon ainée et ça me désole. Moi qui l’aimais si fort. J’ai l’impression de la haïr à présent. Elle ne s’intéresse à rien, tout ce qu’elle souhaite, c’est jouer. Vous me direz elle n’a que 8 ans. Pourtant c’est une enfant intelligente, mais elle se contente d’être dans la moyenne. Je pense que parce que je gâche ma vie, je reporte ça sur elle, de peur qu’elle finisse comme moi je crois. J’aimerais tellement qu’elle soit heureuse plus tard. Et surtout qu’elle n’ait jamais à ressentir ce que je ressens actuellement, c’est-à-dire, le vide, la peur, l’angoisse, la haine, la jalousie, pensée suicidaire. Je hais ma vie et j’ai du mal à faire le deuil de la vie que j’aurais voulu avoir.

Je n’en parle à personne parce que j’ai honte ou que je ne veux pas déranger, je me terre dans le silence, je fais semblant d’aller bien, si on me demande comment ça va, je dis oui tout va super. Si les gens savaient ce qui se cache derrière mon masque. J’aimerais m’enterrer sous terre, ne plus bouger, me détruire. Bref, je suis épuisée.

Un témoignage qui reflète tant les sentiments beaucoup de lectrices, épuisées ..

6 réflexions au sujet de « Silence ravageur »

  1. Fabienne

    Bonjour,
    Tout d’abord bravo, car il faut un grand courage pour oser exprimer ses ressentis et les émotions qui les accompagnent. Tout ce que vous dites est extrêmement douloureux et les exigences imposées par vous même au regard de votre éducation et des messages parentaux transmis sont difficiles a atteindre et totalement épuisante pour vous même.
    La première chose sur laquelle je vous inviterai à réfléchir c’est : au regard de qui devez-vous êtes si performante dans tous les domaines?
    Laissez à votre maman ses principes, et recentrez vous sur vous même. Ce qui est bon pour vous le sera forcément pour vos enfants car ils se calquent sur vos émotions. Arrêtez de mettre la barre si haute, acceptez ne pas pouvoir tout faire. Comment allez-vous me dire?
    Et bien en commençant par faire une liste de ce dont vous rêvez à l’instant présent le plus au monde.
    Cernez les priorité vitales pour vos enfants (manger, être propre, dormir, recevoir de l’attention et de l’amour) voilà ce dont ils ont besoin, le reste n’est que construction de la société d’aujourd’hui.
    Puis au regard de vos souhaits très personnels, pour vous, très égoïstement, commencez à déléguer,
    à l’entourage, à votre mère, votre conjoint etc.
    Les solutions sont entres vos mains.
    Je suis conseillère conjugale et familiale et je vais vous dire ce que toute les maman du monde devraient se voir enseigner: Toutes les maman sont de bonnes mères, elles font du mieux qu’elles peuvent et donnent le meilleur d’elles même au regard de leur histoire de famille et de vie.
    « bien s’occuper de soi, apprendre à s’aimer, c’est s’autoriser à être aimé et aimer en retour »
    Je vous invite à visiter ma page Facebook de conseil conjugal et familial ou je parle de tout cela.
    Bon courage, vous n’êtes pas seule.

    Répondre
  2. sonia

    Bonjour et un grand merci d’avoir publié mon histoire. J’avais honte mais je l’ai faite lire à mon mari qui est tombé de haut.
    Je vais faire un travail prodond sur moi même, me fixer des objectifs pour aller mieux. Vous avez tout à fait raison, au nom de qui et de quoi, je devrais être une super maman? La société nous bombarde de ses clichés de la femme parfaite qui n’a point de cellulite, est une merveilleuse cuisiniere, une maman parfaite et une amante hors pair.
    Heureusement, les langues se delient petit à petit et les femmes osent dire que ce n’est pas la vraie vie.
    Je suis décidée à en finir avec cet état de mal être permanent. Cela me tue à petit feu. Vive la femme imparfaite et ordinaire, qui fait du mieux qu’elle peut, c’est ce qui compte!

    Un grand merci pour ce soutien, ça me donne de la force.

    Répondre
    1. MamLucile Auteur de l’article

      Si vous saviez comme je suis heureuse de lire ce message ! Heureuse que votre témoignage ait débloqué quelque chose en vous. Heureuse que votre mari ait ouvert les yeux. Le meilleur est à venir. Vous allez vous en sortir, vous avez toutes les clés entre vos mains 🙂

      Répondre
  3. Agnès

    Merci pour ce témoignage que j’aurai pu écrire quasiment mot pour mot. Courage Sonia pour le travail sur toi a effectuer, faudrait que j’en fasse autant. Pour l’heure je me sens trop fatiguée et pourtant il faudrait.

    Répondre
  4. Sonia

    Bonjour à toutes,

    Agnès, courage à toi!!! Je t’envois le peu de force qu’il me reste 😉
    J’espère que tu trouveras ton déclic, le truc qui te fera dire « il y en a assez »!

    Tout n’est pas facile, j’avance petit à petit. Malgré ma volonté, certains jours, je me sens vidée. Je suppose qu’on ne sort jamais vraiment d’un tel état. Mais je suis décidée, c’est ça l’essentiel. Mon but 1er étant simple et réalisable sous peu je l’espère (le permis), me servira grandement à améliorer mon mal être. Voilà, un 1er projet que je pense pouvoir faire sans me dire que c’est impossible, que je suis nulle, ou autre chose encore.
    Je passe mon temps à me dévaloriser, je pense que je deviens stupide, laide, grosse, je ne m’habille plus alors que mon armoire explose de robes, fini le maquillage aussi, les jolies coiffures…je n’en peux plus!!!! Mon mal-être se lit sur mon visage, j’ai des cernes, des boutons, le teint gris.
    Tout ça c’est pas normal, ça ne devrait pas l’être. Alors je décide que ça sera très dur oui, mais il FAUT que je m’en sorte, il en va de ma santé mentale et physique. Mon mari m’a proposé de partir seule pour me reposer. J’ai refusé, à tort ou à raison, car je sais qu’en revenant, mes soucis seront encore là, et pour dire la vérité, si je pars, je ne suis pas sûre de revenir en arrière. C’est horrible ce que je dis mais tellement vrai. Donc je décide d’affronter mes problèmes plutôt que de quitter ma famille, et de me « soigner » sérieusement.

    Un grand courage à toutes celles qui veulent s’en sortir, car oui il y a un chemin vers une vie plus belle, mais il est sinueux 😉 et un grand merci à MamLucile pour ce site. Le seul qui nous permet de nous exprimer sans être jugées.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.