Archives du mot-clé Astuces

120astuces-bébé-nuits

120 astuces pour que bébé fasse ses nuits – Marjolaine Solaro

Les nuits difficiles, le manque de sommeil, les réveils intempestifs sont bien souvent à l’origine de l’épuisement parental. A la maison, nous en savons quelques chose. 15 réveils par nuit pendant 6mois puis, une dizaine le semestre suivant et enfin 5 jusqu’aux 18 mois de notre second loulou. Lorsqu’il a commencé à faire ses nuits, c’est notre grand bonhomme qui a pris le relai avec les cauchemars et terreurs nocturnes. Au total, nous n’aurons pas connu de nuits réparatrices pendant 3 années. Alors, croyez-moi, il y a peu, lorsque j’ai découvert le livre de Marjolaine Solaro, je me suis précipitée pour le lire ! Lire la suite

Astuces-sollicitation

Mes 3 astuces pour réduire l’hyper sollicitation

Astuces-sollicitation

Il y a peu, je vous parlais de cette hyper sollicitation que beaucoup de mères épuisées peuvent ressentir. J’imagine que, comme lorsque j’étais épuisée, vous n’avez qu’une envie, appuyer sur le bouton pause ! Malheureusement, il n’existe pas … Alors, j’ai pris un peu de recul, j’ai observé, je me suis observée, j’ai observé ma propre vie, mon quotidien. Le constat ? Ces sollicitations excessives qui puisaient toute mon énergie n’étaient pas dues uniquement à mon rôle de maman. J’ai donc décidé d’agir sur tous ces autres facteurs pour retrouver un peu de sérénité et de calme. J’ai ainsi réussi à mettre mon cerveau au repos et le déconnecter de temps à autre. Aujourd’hui, je vous livre ces astuces salvatrices … Lire la suite

4 clés pour éviter le stress inutile

Stress inutile

Le « bon » stress est un moteur, il nous permet d’avancer, de nous dépasser. Le mauvais stress quant à lui consomme notre énergie inutilement, nous paralyse, nous fatigue.

Nous connaissons toutes et tous ces situations où la pression monte au plus haut niveau alors, nous ne savons plus où donner de la tête, courrons dans tous les sens, avons le cerveau en ébullition sans résoudre quoi que ce soit au final …

Rappelez-vous aussi l’autre matin, le bus ralenti par une circulation dense et vous, angoissée, ne tenant plus en place sur votre siège, courant à toute vitesse pour gagner deux minutes et arriver au bureau trempée de sueur, essoufflée. Était-ce bien nécessaire ? Soyons objectifs. Votre stress dans le bus ne l’a pas fait avancé plus vite … Votre course effrénée vous aura fait franchir le pas de porte à 8h38 au lieu de 8h40. Faites le rapport énergie dépensée / gain de temps. N’auriez-vous pas mieux fait de profiter de ce temps de pause dans le bus et de marcher normalement ensuite ?

Le mauvais stress s’immisce dans ces situations quotidiennes sur lesquelles nous n’avons pas la main. En revanche, nous pouvons tous agir sur notre façon d’appréhender les choses et le limiter. Lire la suite

Gardez la forme en automne

automne

Ce n’est plus un secret pour personne, je n’aime pas l’automne. Enfin, « je », c’est vite dit parce que personnellement, je n’ai rien contre mais mon organisme et mon moral, eux, sont en pleine rébellion à cette période … Ça dure depuis des années et j’en suis de plus en plus consciente.

Tout commence fin septembre quand Lire la suite

Usez et abusez des astuces de vacances

Vacances 2014

Lundi 1er septembre, dernier jour de vacances. Déjà …

Je dois avouer que je les appréhendais beaucoup. Certainement parce que l’année dernière, l’été a marqué ma descente aux enfers, les quelques semaines qui m’ont emportées au plus haut de l’épuisement maternel, au sommet du burn-out. J’ai littéralement explosé. Alors à l’idée de passer huit semaines sans répit, oui, j’avais peur.

Nous avions tout organisé pour que tout se passe au mieux. Nous avons mis en place une sorte d’alternance de périodes seule avec les enfants et de périodes plus cools pour moi. Je n’ai pas passé plus d’une semaine seule avec mes fils. J’ai même passé dix jours chez mes parents sans mon mari qui, lui, a dû rentrer pour travailler. Une grande première. Ce mois passé chez mes parents, déchargée de toute intendance, avec pour seule obligation de m’occuper de mes fils m’a fait un bien fou.

Nous avons parcouru près de 4 500 km alors que, jusque là, petit bonhomme ne supportait pas de rester plus de 1h30 en voiture. Je ne sais par quel miracle, tout s’est particulièrement bien passé. Une agréable surprise.  La clé a surement été nos arrêts fréquents (toutes les deux heures environ) selon les besoins des enfants. Une heure de pause en moyenne. Nous n’avons pas regardé la montre et finalement, nous ne sommes jamais arrivés à des heures déraisonnables.

Aussi, nous avons passé une semaine en famille, à la montagne. Un célibataire, un jeune couple sans enfants, des retraités « ou presque », et nous avec nos deux enfants. 12 personnes et presque autant de manières de vivre différentes. La plupart est habituée aux rythmes un peu décalés sauf que nous, avec nos deux loulous, nous étions les casses pieds de service qui ne pouvaient faire déjeuner les enfants à 15h, diner à 21h et ignorer les siestes nécessaires pour petit bonhomme. Avant de partir, nous étions particulièrement perplexes quant au fait de trouver un rythme qui convienne à tout le monde. Alors, avec mon mari, nous avons décidé de prendre en compte, en priorité, celui des enfants quitte à nous mettre parfois à l’écart du groupe. La méthode a très bien fonctionné.

Déjà lorsque nous avons planifié nos vacances, nous avions décidé de voyager léger. Je vous en avais d’ailleurs parlé dans un de mes billets. C’était pour nous une manière de passer des vacances plus zens et détendus en se débarrassant du superflu. Cette décision était une merveilleuse idée. La voiture n’aurait de toute façon pas pu le contenir …
Ce mode de fonctionnement a permis aux enfants de grandir et de franchir de nouvelles étapes. Grand bonhomme a abandonné le rehausseur pour manger et petit bonhomme a définitivement quitté la turbulette et le lit parapluie. Pour le plus grand plaisir de leurs parents !

Ces cinq semaines de vadrouille ont été l’occasion d’oublier la montre, de retrouver un rythme naturel et d‘apprendre aux enfants à s’adapter.
Sans faire de siestes et sans dormir plus la nuit, je me sentais moins fatiguée. La journée, nous avions le temps de faire tout un tas de choses. Petit bonhomme qui s’adaptait très difficilement jusqu’à présent nous a étonné de nombreuses fois. Maintenant qu’il sait faire une sieste dans la poussette, accepter de grignoter un morceau de pain en attendant le repas, dormir malgré le bruit ambiant, … la vie quotidienne est nettement plus facile et beaucoup moins stressante pour nous, ses parents.

Grâce à tout ce que nous avons mis en place pendant les vacances, souvent tout à fait naturellement, je suis rentrée totalement déconnectée, comme hors du temps. Comme si j’avais vécu dans un autre monde pendant des années. Je me suis retrouvée à ne plus savoir qui je tutoyais et qui je vouvoyais en rentrant chez moi … Et même à fouiller dans les placards pour retrouver la vaisselle … J’avais tout oublié, jusqu’au numéro de téléphone de la maison lorsque j’ai voulu téléphoner à mon mari ! Et surtout, j’étais loin de mes angoisses. Elles ne m’ont pas rendu visite le temps des vacances et ça, c’était inespéré.

Au lieu d’être difficiles, ces vacances m’ont fait du bien.
J’ai passer deux mois avec mes enfants.
Deux mois pour renforcer et transformer nos liens.
Deux mois pour observer grandir encore et encore la complicité entre mes deux loulous.
Deux mois que je ne pourrais certainement jamais revivre parce que mes enfants vont grandir bien vite, parce que l’été prochain je travaillerai à nouveau.