Tentative de sevrage

Dès l’adolescence,  mes parents ont cédé à mon envie (mon harcèlement ?) d’avoir une télévision dans ma chambre. En jeune fille très (sûrement trop, d’ailleurs) sérieuse, je ne l’allumais qu’une fois mes devoirs terminés et l’éteignais dès les premiers signes de fatigue.

Puis,  je suis devenue étudiante. D’une maison pleine de vie, je me suis retrouvée seule dans mes 12 m2. Difficile pour moi de supporter cette solitude. Alors, pour briser le silence, j’ai pris l’habitude d’allumer la télévision dès que j’étais chez moi. Elle était mon compagnon de route en quelque sorte.

Le temps passant,  je suis devenue incapable de laisser cet écran éteint lorsque j’étais dans mon studio. L’allumer était mon premier geste en rentrant et en me réveillant.

Depuis quelques années,  j’envie et j’admire ces personnes qui ne possèdent pas de télévision. J’aimerais avoir la force de la sortir de chez moi ou de ne pas la remplacer si elle venait à rendre l’âme.

Mais voilà, je suis une addict …

Depuis que je suis en congé parental,  j’ai besoin de présence la journée,  j’ai besoin d’entendre autre chose que les cris des enfants.  Alors,  je zappe pour trouver l’émission qui fera son effet en toile de fond parce qu’il faut être réaliste, avec deux enfants en bas âge, il est impossible de suivre un programme du début à la fin.  Les plus débiles,  légers et sans intérêt sont parfaits dans ce cas.

Le soir,  j’ai une fâcheuse tendance à rester scotchée devant l’écran alors qu’il serait mieux d’assouvir mon envie de lire ou mon besoin de dormir. Souvent, je me plains de n’avoir le temps de rien sauf que je trouve le temps de « faire du gras » (comme le dirait mon père) installée sur mon canapé, l’ordi sur les genoux.

La télévision est une sacrée consommatrice de temps. Elle nous abrutie trop souvent.  Elle nous gave d’images sans intérêt. Elle nous empêche de nous concentrer. Elle nous oblige souvent à faire plusieurs choses simultanément, ce qui provoque de la fatigue supplémentaire. Avec elle, nous sommes moins efficace, nous perdons du temps que nous pourrions utiliser pour penser à nous, prendre soin de nous.

Que m’apporte donc ce compagnon ?

Rien … Plus rien du tout puisque j’apprécie désormais le calme, le silence.
Après deux semaines sans télévision puis trois autres à ne la regarder qu’exceptionnellement en raison des vacances,  j’ai décidé de me jeter à l’eau.

Vous ne me retrouverez plus à zapper pour trouver l’émission ayant le moins d’intérêt possible. A la place,  j’userai mes bons vieux cds ou je profiterai du calme ambiant. Après avoir passé dix huit mois à me faire « péter » les tympans par les pleurs de mon petit bonhomme, j’en ai bien besoin.
Je m’octroie tout de même le droit de regarder mes quelques émissions et séries fétiches parce que je sais que sans cette souplesse la mission est vouée à l’échec.

Je vous propose de faire le point courant septembre pour voir où j’en suis.
Et si le cœur vous en dit, vous pouvez m’accompagner 😉

PS : Je n’ai absolument rien contre ces personnes qui passent leur vie devant leur écran à regarder des émissions sans grand intérêt. Chacun fait ce qui lui plait. De mon côté, je n’y trouve plus d’intérêt alors je veux arrêter …

3 réflexions au sujet de « Tentative de sevrage »

  1. princesseaela

    Moi je viens de mettre la télé dans ma chambre! J’ai récupéré celle de mes grands parents. Mais je l’allume pas ou peut. Juste histoire d’avoir un bruit de fond quand je plie le linge.
    Ici c’est le contraire en vacances la télé est plus allumé que pendant l’année scolaire. Et on ne regarde pas ou presque « la télé » on regarde des DVD des films ou séries qu’on à sur l’ordi ou on joue aux jeux vidéos. Tout en faisant très attention à se qu’on montre aux garçons.
    J’ai été élevée sans télé. La télé est arrivé chez moi j’avais 10 ans, voir un peut plus. Du coup ce n’est pas et ça n’a jamais été un réflexe de l’allumer. Je l’allume si j’ai envie de regarder un truc en particulier.

    Répondre
  2. Ping : Résolutions de rentrée des classes | Epuisement maternel

  3. Ping : Sans télé, la vie est plus zen ! | Epuisement maternel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.