Une journée avec le « terrible two »

7h, le réveil sonne.

Comme tous les matins je file à la douche.
A peine sous l’eau, j’entends mon 4 ans ouvrir la porte de la salle de bain, encore endormi.
Il me dit « maman, je veux manger MAINTENANT, j’ai faim ».
Je lui dit qu’il doit attendre que je sois lavée ET habillée, qu’il n’a qu’à demander à son père.
Il ne veut pas de son papa parce qu’il n’a pas pris sa douche, il sent mauvais …
Mon 2 ans quant à lui m’appelle. C’est son père qui va le voir.
Il commence à chouiner, il ne veut pas papa, il veut maman.
Alors, mon cher et tendre les laisse jouer dans la chambre et se recouche alors que l’heure est déjà bien avancée.

Au moment de l’habiller, Mister 2 ans se met à hurler.
Pourquoi ?
Nous n’en savons rien, il ne s’explique pas, il hurle.
Nous finissons par comprendre qu’il veut s’habiller seul, il veut TOUT faire tout seul.

J’ai terminé de me préparer. Je file me sécher les cheveux.
Là, colère de mon 2 ans. Oui, il veut que maman lui donne à manger tout de suite.
Je lui dit d’attendre que j’aie terminé. Il jette sa cuillère, se roule à terre.

Bébé cri

Alors que je lui prépare son petit déjeuner, il sort TOUTES les boîtes de céréales (4) et le chocolat en poudre. Il faut qu’elles soient posées sur la table comme IL le souhaite.
J’en déplace une. Attention, nous frôlons la crise !

Installé sur son réhausseur, je pose son lait devant lui. Nouvelle colère.
Mais pourquoiiiiiiiiiiiiiiii ?
Il veut du chocolat !
Mais pourquoi pleure-t-il au lieu de demander ? Pourquoiiiiiiiiiiiii ?

Il se calme. Tout d’un coup, rebelote, la crise.
Cette fois, il veut du jambon et nous avons prononcé le mot qui déclenche systématiquement un ouragan « non ».
Il veut du pain pour la troisième fois.
Nous disons non, il doit aussi boire son lait !
Je vous laisse deviner la suite …

Voici le moment de partir pour la crèche.
Nous sortons les chaussures. Il devient tout rouge.
Que se passe-t-il ?
Il veut mettre les chaussures de notre 4 ans …
Nous réussissons à éviter les cris, pour peu de temps, et lui mettons ses chaussures.
Le calme se brise … Nous y avions pourtant cru.
« Pas t’aide papa », « moi chaussures ».

Il est 8h30 à peine, je suis levée depuis tout juste 1h30.
Je suis déjà exténuée. J’ai les mains qui tremblent d’énervement.

18h, l’heure d’aller chercher les loulous.
Mister 2 ans ne veut pas venir avec moi, il crie. »Non, veux papa, pas maman, non ».
La soirée commence bien !

Arrivés à la voiture, je le pose dans son siège.
Il se débat, pleure, crie, devient rouge de colère.
Je n’utilise pas la force, je lui demande ce qui lui arrive.
« Moi, tout seul, monter, pas maman ».

Enfin arrivés à la maison. Ou presque …
Il faut descendre de voiture. Il se débat pour ne pas que je l’attrape.
« Non maman, moi tout seul ».
Nous sommes devant la maison. Ou presque.  C’est subtil mais la différence est grande !
Au lieu de prendre le chemin de la porte d’entrée, mon 2 ans se sauve en courant, dans le sens inverse, sur le chemin !
Me voilà à lui courir après.
Même scène pour enlever les chaussures …

La session douche est terminée.
Il faut se sécher et s’habiller à coups de « veux pas, pas maman, papa » ou l’inverse.
Même topo pour le repas.
Quel esprit de contradiction !

Voici ce qu’est la vie avec un 2 ans en plein « terrible two ».
Il faut sans cesse se battre avec les « non, c’est moi qui fait », la frustration qui n’est pas supportée, le non qui met le feu aux poudres, les « c’est à moi » ou « moi aussi » ou encore « c’est pour moi ».
Les « ça ne sert à rien de pleurer, il faut DE-MAN-DER » ponctuent notre journée.
Bref, le « terrible two », c’est vraiment pénible, usant, épuisant !

7 réflexions au sujet de « Une journée avec le « terrible two » »

  1. cecileb

    mais on croirait un résumé de mes journées !!! tout y est !! Merci au chocolat qui m’attend lorsque je suis prête à craquer entre l’étape rentrer a la maison et prendre le bain !!

    Répondre
  2. Ping : Gérer les crises d’un enfant de 4 ans | Epuisement maternel

  3. jujube

    bon, alors c’est normal?!
    l’épisode de la voiture, ma fille qui ne veut pas venir avec moi quand je viens la chercher chez la nounou le soir…
    globalement, ça n’est pas la crise en permanence, mais ces moments difficiles m’épuisent et ont raison de ma patience dans les moments où d’habitude j’ai davantage de self control!

    Répondre
  4. loulettedeneuss

    et bien je constate que je ne suis pas la seule et cela me réconforte un peu.
    En ce qui me concerne, j´ai actuellement à la maison un terrible 3 ans et 3 mois, une terrible 22 mois et un petit de 10 mois qui imite les deux grands et devient un petit terrible lui aussi pour marquer sa position de petit dernier.
    Merci au blog, cela me permet de tenir un peu le coup et de relativiser, car pour tout vous dire je n´ai pas de solution, je vis et survis jour après jour en me demandant si je vais tenir sans en frapper un…… Et je ne les frappe Jamals, par contre j´ai manqué de me casser quelques doigts en cognant contre un mur ou un meuble.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.