Wendy BOUCHARD aborde le burn-out parental

Europe 1

C’était hier midi, dans l’émission de Wendy BOUCHARD, à 13h15, elle a reçu Liliane HOLDSTEIN, psychanaliste, auteur du livre « burn-out parental », tout juste paru, pour parler du surmenage des parents.

Le burnout est presque devenu un terme à la mode. Le craquage, dépression, surmenage qui touche les salariés touche désormais les parents. C’est un phénomène grandissant, une situation de souffrance, de détresse.

Liliane HOLDSTEIN a eu envie d’écrire ce livre le jour où elle a entendu un parent lui dire « j’aime bien regarder mes enfants dormir parce que j’ai l’impression de les aimer encore un peu ».

Sans que la sensation soit aussi forte, je crois que nous toutes, au moins une fois, avons observé nos enfants dormir et nous dire « qu’est ce qu’il semble apaisé, que se passe-t-il pour que nos journées soient ainsi ? « 

Une autre phrase entendue de la bouche d’une de ses patientes « j’aimerais bien pouvoir les abandonner, j’aimerais bien qu’on me les garde à l’école ».
Encore une fois, sans être aussi extrême, quel parents épuisé n’a jamais eu envie de fuir le plus loin possible de cette situation si difficile ?

Quelle est la différence entre le burnout parental et un simple ras le bol ?

A tout moment, un parent peut se sentir dépassé , péter un plomb ponctuellement. Le Burnout quant à lui est un état d’épuisement récurrent qui s’installe accompagné d’une sensation que la vie nous fuit entre les doigts, que nous avons fait les mauvais choix.

Est ce un phénomène nouveau et peut-il être associé à l’enfant roi ?

Il y a 25 ans, l’épuisement parental représentait une consultation par mois. Aujourd’hui, c’est 40% des consultations. C’est donc bien un phénomène manifeste majeur.

Il est déclenché par un besoin de maîtrise et de perfection. Le système nerveux subit une pression colossale. Il est sollicité chaque seconde de notre vie et fini par être épuisé.

A trop vouloir en faire, nous en arrivons à ne plus être humains …

Et les pères dans tout ça ?

Les papas solos sont eux aussi très touchés mais pas seulement … Les maris des mères épuisées le sont aussi. Ce sont d’ailleurs souvent eux qui viennent alerter car les mères sont dans le déni et hyperactives jusqu’à atteindre l’épuisement extrême.

Par ricochet, l’épuisement les touche aussi et c’est l’ensemble de la famille qui est impactée.

Les enfants épongent le ressenti de leurs parents et essaient de les aider, à leur manière, en attirant leur attention. Mais c’est encore pire. C’est le serpent qui se mord la queue.

Je conclurai tout simplement sur cette phrase, à méditer, de Liliane HOLDSTEIN

« Il n’y a aucun être humain qui vient sur cette terre en ayant envie de saboter la vie de ses parents »

 

N’hésitez pas à (ré)écouter ou télécharger le podcast de l’émission pour en savoir plus mais aussi pour écouter les témoignages – A partir de 56 minutes 50 secondes (durée, 15 minutes).

De mon côté, j’attends avec impatience de lire le livre de Liliane HOLDSTEIN « Burn-out parental »

PS : J’ai essayé de témoigner moi aussi. Je n’ai pas été rappelée mais mon message a été relayé par Wendy BOUCHARD

Lucile nous écrit : Vous devez oser en parler, il ne faut pas que ça reste tabou et le meilleur moyen de s’en sortir est d’en parler »

2 réflexions au sujet de « Wendy BOUCHARD aborde le burn-out parental »

  1. GAUTHIER

    bonsoir Lucile
    je viens de voir un reportage sur France 3 : vous avez deux beaux enfants, un mari doux et attentif …. surtout ne re-sombrez pas …. maman d’une jeune femme de 19 ans maintenant, il faut savoir que nous avons tous, nous parents des moments difficiles . pour ma part j’avais cessé mon activité de cadre sur Paris pour m’occuper de ma fille, dite enfant surdouée … de quoi faire un grand burn out aussi … mais j’ai pris la charge à contre sens, après l’acceptation d’une vie sans collègues, ni challenge professionnel, j’ai pris mon rôle de maman comme un challenge sur la vie en me disant que tout comme une grossesse qui nous permet de créer un enfant …. son futur prochain et moyen terme, l’encadrer, l’écouter et faire tant de choses avec lui ou elle est aussi un parcours long terme … mon but l’amener à sa majorité sans trop d’embuches, à son écoute, tout en me disant : il y a toujours des limites qu’elle ne passera pas, jamais, un rôle difficile je le sais, mais initiatique aussi …. il nous faut bcp d’imagination, d’idées pour les aider à vivre chaque jour, lui parler, toujours, ne jamais rien lui cacher, de mes angoisses, de ma fatigue, parfois, aussi comme toute maman, l’aider à avancer par ses propres choix de jeux, rester a son écoute, toujours garder des horaires très très réguliers pour tout dans la journée, des nuits douces, une lecture le soir, un gros bouquin d’enfant *mille et un contes* qui lui a toujours permis de se recadrer sans jamais se dire oh ce livre ou non celui là … des cadres, oui il faut mettre des cadres. Et vous savez, ces cadres difficiles à mettre, et bien à la majorité, nos enfants nous disent merci :… ils sont prêts pour se lancer dans la vie d’études supérieures pour ma fille, qui s’assume parfaitement à l’autre bout du monde, avec toujours besoin de Maman pour des idées, des avis, mais très autonome, même financièrement …. alors chère Mme et vous cher papa, ne vous laisser plus jamais envahir … tenter de penser que vous êtes toujours les maitres de l’histoire de vos enfants, que vous devez toujours prendre votre décision et ainsi ils vont s’y conformer, car un enfant, en fait, n’a pas besoin de grand chose : juste notre AMOUR, pour le reste, quel que soit le jeu, la sortie, tout ira toujours bien, mais dans votre cadre bien dénifi en famille, des horaires réguliers pour tout, des idées de repas innovatrices, leur proposer même très jeune et de façon encadrée de participer à l’élaboration des crêpes par exemple (êtes vous en Bretagne … car je suis bretonne …) … des plats simples, faire des madeleines tous ensemble, des ptis gâteaux de noel, ou des décos en page à sel pour les fêtes et le sapin, autant d’activités qui vont les aider à se canaliser, à vous rendre votre vie plus agréable, des sujets qui resteront car vous les ressortirez tous les ans pour les décos et vos enfants seront HEUREUX de se dire, de vous dire … oh mais c’est moi qui les ai fait … autant de sujets que vous saurez vraiment développer. et Surtout ne jamais vous isoler …. aller faire la lecture à tous les autres enfants de la classe de votre fils, aider à la crèche si vous le pouvez, bref autant d’attentions dont vos petits seront sensibles et se souviendront, je vous le promets pour toute leur vie … car actuellement vous les préparer pour leur future vie d’HOMME … de quoi se dire que votre rôle est primordial et surtout jamais dévalorisant. Je vous souhaite bon courage, je posterai de nouveaux messages si vous le désirez …. bon vent à vous 4 …. au plaisir de savoir que vous allez bien …. pensez toujours à leur futur, projetez-vous … et vous verrez que cela aide beaucoup ; merci de m’avoir lue … Joce

    Répondre
    1. mamlucile

      Oui, nous sommes en Bretagne. Dans le Morbihan.

      Merci de nous faire partager votre recul et nous donner de précieux conseils. Malheureusement, pendant cette période difficile, nous n’avions plus la main sur notre vie à cause des allergies alimentaires de mon fils qui n’avaient pas été diagnostiquées. Depuis, ça va beaucoup mieux et nous en sommes sortis. Seules quelques cicatrices restent mais elles s’estomperont avec le temps.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.